SPO-INAUGURATION D’UNE 10E PATINOIRE BLEU BLANC BOUGE

Crédit : ANDRÉANNE LEMIRE/AGENCE QMI

Canadiens de Montréal

Une opportunité unique à Trois-Rivières

Une opportunité unique à Trois-Rivières

Renaud Lavoie

Publié 07 janvier
Mis à jour 07 janvier

C’est avec un certain désarroi que je regarde le dossier du nouveau Colisée à Trois-Rivières.

Lorsqu’une ville décide d’investir des millions de dollars dans de nouvelles infrastructures, il faut trouver une façon de se placer «sur la map» rapidement afin de s’assurer que l’amphithéâtre devienne une attraction.

Une façon de le célébrer, tout en s’assurant qu’il soit rentable.

La East Coast Hockey League va attirer

Je regarde la Place Bell qui a été construite à Laval et on peut tout de suite dire que c’est un grand succès. Le Rocket attire les foules et on sent un engouement parce que les amateurs de hockey sont heureux d’appuyer un très bon produit qui est associé directement aux Canadiens de Montréal.

Si le Rocket n’était pas le club-école des Canadiens, mais plutôt celui d'une autre formation de la LNH, le succès ne serait probablement pas aussi retentissant.

C’est justement l’opportunité qui s’offre à Trois-Rivières présentement. Les Canadiens ont un besoin urgent et c’est d’avoir une équipe de la ECHL (maintenant appelée Premier "AA" Hockey League) qui sera associée à son club de la ligue américaine (Rocket). La logique serait que cette formation soit à quelques heures de route de Laval.

Déjà un homme d’affaires, Dean MacDonald est intéressé à y implanter une formation (il a déjà une équipe de la ECHL à Terre-Neuve qui est associée aux Maple Leafs) et il travaille main dans la main avec un ancien des Canadiens, Marc-André Bergeron.

Le hic, c’est que les élus de Trois-Rivières ne semblent pas prêts à appuyer l’arrivée de la ECHL dans leur nouvel amphithéâtre. Difficile de comprendre pourquoi, d’ailleurs.

Je comprends que l’équipe universitaire (les Patriotes) va déménager au nouveau Colisée, mais ça ne devrait pas du tout être un obstacle à l’arrivée d’une formation professionnelle. Les deux peuvent travailler ensemble et créer un partenariat qui pourrait grandement servir aux deux équipes.

La visibilité de Trois-Rivières sera ainsi accrue avec un club qui serait probablement associé aux Canadiens, ce qui serait sans aucun doute très bon pour l’économie de cette ville.

Pas la fin du dossier

Les élus de Trois-Rivières vont rencontrer Dean MacDonald le 20 janvier. Le maire Jean Lamarche semble grandement opposé au projet, mais il n’est pas trop tard pour trouver un terrain d’entente.

Un «non» catégorique au projet serait regrettable et ce n’est malheureusement pas uniquement avec du hockey universitaire que le nouveau Colisée sera rentabilisé.