Canadiens de Montréal

«Tu connais le hockey?»

Publié | Mis à jour

Pour justifier le gaspillage inexcusable d’un coussin de deux buts contre le pire club de la ligue, il faut bien plus que des blessures ou de la fatigue. Cette troisième défaite cette saison contre les Red Wings, le Canadien ne la doit qu’à son niveau d’engagement peu inspiré.

Après tout, ce n’est pas comme si les Red Wings montraient des signes encourageants récemment, eux qui avaient savouré la victoire seulement deux fois à leurs 10 matchs précédents.

Qui plus est, le Canadien a retraité au vestiaire avec une avance d’un but après deux périodes. Et cette saison, lorsque les Red Wings tiraient de l’arrière après 40 minutes de jeu, leur fiche était un véritable désastre de 2-23-2 avant la rencontre salvatrice face au Tricolore.

Voilà qui avait de quoi justifier l’humeur massacrante de Claude Julien une fois les micros sous le nez et caméras dans le visage après la défaite.

«Les erreurs commises, pour certains c’est de la fatigue, on demande beaucoup à certains joueurs. Pour d’autres, on a besoin d’un meilleur engagement», a déclaré l’entraîneur.

«Quand tu regardes la situation, tu peux trouver des excuses à tout le monde, mais ça revient au même. L’effort en général est là. Par contre, je reviens avec la même chose : c’est les décisions qu’on prend. J’utilise le mot engagement. Pour certains, c’est un apprentissage. Pour d’autres, on en a besoin de plus, on n’a pas à regarder ailleurs que nous-mêmes. C’est inacceptable», a maugréé Julien.

Mauvais replis, mauvaises décisions

Lorsqu’il s’est fait demander par un collègue de préciser sa pensée sur l’engagement, Julien est sorti de ses gonds.

«Tu connais le hockey? Tu sais c’est quoi un engagement? C’est aussi simple que ça», a-t-il répondu sèchement.

Dans la portion anglophone de son point de presse, il en a donné un peu plus.

«Certaines de ces lacunes sont en lien avec la préparation et les décisions que nous prenons, qu’il s’agisse de replis paresseux ou de décisions avec la rondelle. Ça nous tue en ce moment», a spécifié le pilote, dont les traits semblent de plus en plus tirés à force de chercher des solutions.

Peut-être, après tout, que ses joueurs devraient en faire autant.

«C’est frustrant et quand tu deviens assez écœuré de perdre, tu fais quelque chose pour que ça change. Espérons que nous en sommes rendus là», a d’ailleurs conclu Julien.

Les Red Wings ont signé une quatrième victoire contre 19 défaites face aux équipes de l’Est. Un grand merci au Canadien, qui a fait les frais de trois de ces quatre victoires.