Canadiens de Montréal

Une association prometteuse

Publié | Mis à jour

Le nouvel attaquant des Canadiens, Ilya Kovalchuk, aura l’occasion de vivre son baptême de feu avec l’équipe en évoluant sur la première unité offensive aux côtés de Phillip Danault et Tomas Tatar, ce soir, contre les Jets au Centre Bell.   

Le Russe de 36 ans a patiné avec ces deux joueurs en matinée en plus de s’être entraîné sur l’avantage numérique.   

• À lire aussi: Kovalchuk est fébrile  

• À lire aussi: Christian Folin reprend le métro  

Une fois l’entraînement terminé, Kovalchuk autant que Danault se sont montrés optimistes quant à leur nouvelle collaboration.   

«C’est un joueur très offensif, capable de faire des excellents jeux et je pense que son expérience sera importante pour nous», a indiqué Danault, qui voit donc le vétéran remplacer Brendan Gallagher à ses côtés.   

D’ailleurs, Danault est bien conscient que Kovalchuk n’a pas du tout le même style de jeu que Gallagher, qui est toujours absent après avoir subi une commotion cérébrale le 31 décembre.   

«Ça change un peu, "Gally" va au but, il va dans les coins, il travaille, a rappelé Danault. "Kovy", je ne l'ai pas vu énormément quand j'étais jeune, mais je sais que c'est un "sniper" (un tireur) et je pense que si tu lui donnes une chance, c'est le genre de joueur qui va la mettre dedans. Mais je ne veux pas lui mettre cette pression-là non plus!»   

Le Russe, qui a été vu en pleine discussion avec l’entraîneur Claude Julien durant l’entraînement, réalise qu’il aura vite un rôle important.   

«L'entraîneur m'a mis sur l'un des premiers trios, donc c'est beaucoup de responsabilités», a-t-il indiqué.   

Kovalchuk s’est aussi montré élogieux au sujet de Danault.   

«Je ne l'ai pas beaucoup vu jouer, mais c'est un joueur habile, avec une bonne vision et il patine comme le vent, a-t-il observé. Il faudra que je le suive!»   

«On a jasé un peu, c'est le "fun" de l'avoir dans les alentours, a indiqué Danault. Ça ne fait pas longtemps qu'il est arrivé, donc on n'a pas eu le temps d'avoir une longue jasette, mais on a eu cette pratique et on se repère bien sur la glace, avec "Tats" (Tomas Tatar) donc la chimie est importante.»   

Kovalchuk, qui n’a pas joué depuis novembre après la fin de son association avec les Kings de Los Angeles, semble déjà se sentir chez lui à Montréal.   

«C'est fou, j'ai l'impression que je suis ici depuis longtemps, les gars m'ont chaleureusement accueilli et je l'apprécie grandement et la victoire pourra souder le groupe davantage.»