Crédit : Le Journal de Québec

Canadiens de Montréal

Mattias Norlinder pourrait déchirer son entente

Publié | Mis à jour

Même s’il connait une progression fulgurante depuis le début de la saison avec le club de Modo, en Suède, Mattias Norlinder se retrouve dans une position totalement différente au Championnat mondial junior.

Et ce n’est pas lui qui va s’en plaindre.

À 19 ans, l’espoir du Canadien de Montréal qui évolue en deuxième division suédoise savoure une première expérience internationale sous les couleurs de son pays en sol tchèque, où la brigade défensive est notamment formée par cinq choix de première ronde de la Ligue nationale : Rasmus Sandin (Toronto), Nils Lundkqvist (Rangers), Philip Broberg (Edmonton), Victor Soderstrom (Arizona) et Tobias Bjornfot (Los Angeles).

Mais malgré l’ombre que lui font ses coéquipiers, le défenseur au coup de patin fluide et au flair offensif s’est vite attiré des éloges de son entraîneur Tomas Monten. Il a endossé l’uniforme aux trois couronnes au tournoi des quatre nations en novembre dernier, à Helsinki.

«Il a été formidable dès le premier jour. On avait voulu l’essayer avant, mais il était blessé les deux fois. Il joue différents rôles à Modo où il joue comme un numéro 1 ou un numéro 2. On avait parlé en Finlande comment on voyait les choses avec lui. On lui avait expliqué dans quelles situations et quel rôle il pouvait s’attendre à jouer.»

«Pour nous, c’est un parfait numéro 7 à la ligne bleue. Il peut jouer en zone défensive, écouler des pénalités sur le désavantage numérique. Il est très bon pour transporter la rondelle. S’il y avait eu une place au sein de notre top 4, il aurait pu la combler», a signalé le pilote suédois après la victoire des siens de 5 à 0 en quart de finale contre les Tchèques où il a passé un peu plus de sept minutes sur la glace.

Utilisation variable

Le temps de jeu de Norlinder a fluctué au cours de ses cinq premiers matchs. Après avoir sauté sur la glace pour seulement sept minutes en ouverture de la quinzaine contre les Finlandais, le choix de troisième tour en 2019 a été utilisé jusqu’à 14 minutes contre le Kazakhstan. Il a dû s’adapter à un niveau de jeu plus rapide comparativement à ce qu’il a vu contre des joueurs plus âgés que lui.

«Je suis juste content d’être avec les gars et de profiter de mon expérience au tournoi. Oui, ç’a été une sorte de surprise d’être pour moi d’être choisi parce que je n’étais pas vraiment été avec la Suède auparavant.

«Je n’avais participé qu’à un tournoi avec l’équipe. Mais maintenant que je suis ici, je joue quand on me dit de jouer et je m’amuse», a lancé l’arrière qui a marqué six buts et ajouté huit aides en 28 matchs cette saison.

Au cours des dernières semaines, le style du Suédois a été comparé à plusieurs grands noms originaires du pays scandinave, dont le légendaire Nicklas Lidstrom, qui a connu une brillante carrière avec les Red Wings de Detroit. Norlinder reste de glace quand on évoque toutes ces vedettes.

«C’est plaisant d’entendre ces comparaisons, mais je ne me concentre pas trop là-dessus. Je tente d’approcher les choses une journée à la fois et de faire mes choses», a répondu l’athlète de 6 pi.

Nouveau contrat

Questionné au sujet du nouveau contrat d’un an qu’il a paraphé avec Modo avant le début du Mondial junior, Norlinder est demeuré discret sur ses intentions de faire le saut dans une autre équipe de la ligue élite si son club actuel devait poursuivre son purgatoire en deuxième division.

Selon certaines informations, Norlinder pourrait déchirer son entente advenant le cas où Modo n’obtiendrait pas la promotion désirée. Il pourrait aussi décider d’intégrer officiellement l’organisation du Tricolore.

Quoi qu’il en soit, le principal intéressé tente de suivre à distance les performances de la troupe de Claude Julien. «Avec le décalage horaire, c’est dur de regarder les matchs, mais je regarde les faits saillants.»

La Suède affrontera la Russie samedi en demi-finale.