Montreal Canadiens v Phoenix Coyotes

Crédit : AFP

Canadiens de Montréal

L'équipe d'étoiles de la décennie du CH

Publié | Mis à jour

Ils sont 170 joueurs à avoir porté l’uniforme des Canadiens au cours de la décennie. Lorsque vient le temps de dresser la liste de ceux qui ont eu le plus grand impact sur l’équipe, six noms font immédiatement surface. Six noms, six positions différentes. Une situation parfaite pour composer une équipe d’étoiles.

CAREY PRICE

Dans son cas, la décennie s’est amorcée par la fameuse question : «Price ou Halak? » Dix ans et 11 gardiens auxiliaires plus tard, force est d’admettre que le choix de Pierre Gauthier avait été le bon. Les 280 victoires de Price au cours de la décennie le placent au quatrième rang du circuit derrière Marc-André Fleury (322), Pekka Rinne (309) et Henrik Lundqvist (299). En cours de route, en 2014-2015, il a été nommé dans la première équipe d’étoiles en plus de remporter les trophées Hart, Vezina, Pearson et Jennings. Il fut également finaliste pour l’obtention du trophée Vézina au terme de la campagne 2016-2017. Depuis le 12 mars 2019, Price trône au sommet de la colonne des gardiens les plus victorieux de la glorieuse histoire du Canadien.

ANDREÏ MARKOV

L’Association entre Andreï Markov et le Canadien s’est terminée de façon plutôt abrupte. N’empêche que le défenseur a donné plusieurs bonnes années au Tricolore. Malgré deux importantes blessures aux genoux qui l’ont pratiquement tenu à l’écart du jeu pendant la totalité des saisons 2010-2011 et 2011-2012, le Russe a été un véritable général à la ligne bleue. Plutôt taciturne devant les médias, il a laissé parler son talent sur la patinoire. En 411 matchs, il a récolté 232 points, dont près de la moitié (111) en supériorité numérique. Depuis le divorce avec Markov à l’été 2017, Marc Bergevin a embauché 15 défenseurs gauchers.

P.K. SUBBAN

N’en déplaise à ses détracteurs, la présence de Subban au sein de cette sélection ne faisait aucun doute. Même si certains le considéraient comme à risque, il a offert six bonnes saisons au Canadien. Ses 63 buts, dont 35 en supériorité numérique, et ses 278 points, dont 127 récoltés sur l’attaque massive, sont des sommets chez les arrières qui ont porté l’uniforme bleu, blanc et rouge au cours des 10 dernières années. Meilleur pointeur du Canadien en séries au cours de cette décennie (38 points), il est le seul arrière de l’équipe à avoir marqué plus de trois buts (il en a 11) et à avoir inscrit plus de 18 points (38) en séries éliminatoires. Il a gagné le trophée Norris au terme de la campagne 2012-2013, un honneur qui n’avait pas été rendu à un défenseur du Canadien depuis Chris Chelios en 1988-1989.

MAX PACIORETTY

Assurément le joueur du Canadien qui a touché la cible de la façon la plus régulière au cours de la décennie. Cinq saisons d’au moins 30 buts, dont trois de 35 buts et plus. En 2013-2014, il est passé à un seul filet de devenir le premier marqueur de 40 buts du Canadien depuis Vincent Damphousse en 1993-1994. Ses coéquipiers ont reconnu son leadership en l’élisant au poste de capitaine à l’aube de la saison 2015-2016. Dire que cette décennie aurait pu connaître une fin prématurée lorsque Zdeno Chara l’a assommé contre la baie vitrée du Centre Bell, en mars 2011. Revenu au jeu la saison suivante, il a remporté le trophée Bill Masterton. Il domine le Canadien de la dernière décennie avec 220 buts et 423 points.

TOMAS PLEKANEC

En raison de ses qualités défensives et du fait qu’il fut principalement utilisé, au cours de ses dernières campagnes, pour neutraliser les unités adverses les plus efficaces, on oublie que le Tchèque fut également l’un des centres les plus offensifs de l’équipe. Meilleur pointeur de l’équipe lors des saisons 2009-2010 (70 pts) et 2010-2011 (57 pts), il a été exclu du top trois de cette colonne à seulement deux occasions entre les campagnes 2009-2010 et 2015-2016. Tout ça, en étant un maître dans l’art d’écouler des punitions. Ses 13 buts en infériorité numérique, qui le placent au neuvième rang du circuit depuis le 1er janvier 2010, en sont une belle preuve.

BRENDAN GALLAGHER

L’incarnation même de la fougue et du travail acharné. Ses deux fractures à la main subies en bloquant des lancers n’ont pas ralenti ses ardeurs. Depuis, il compte deux saisons de 30 buts à son actif et pourrait en connaître une troisième de suite. Choix de 5e tour en 2010, il est la sélection du Canadien, au cours de la décennie, à avoir disputé le plus de matchs avec l’équipe (528). Alex Galchenyuk est son plus proche poursuivant à 418. Il a terminé deuxième au scrutin du trophée Calder, en 2013.