Canadiens de Montréal

Commotion cérébrale pour Brendan Gallagher

Publié | Mis à jour

Il ne fallait pas être médecin pour deviner la nature de la blessure de Brendan Gallagher. Tout de même, Claude Julien a confirmé jeudi matin que son attaquant souffrait d’une commotion cérébrale.

Par conséquent, le nom de l’Albertain a été placé sur la liste des blessés. Il y a rejoint Jonathan Drouin, Paul Byron, Joel Armia et Matthew Peca (de retour à l’entraînement hier).

«On ignore combien de temps il sera absent. Ça dépendra de la vitesse à laquelle il va récupérer. C’est une autre grosse perte», a indiqué l’entraîneur du Canadien au terme de l’entraînement matinal de l’équipe.

Gallagher, Drouin et Armia sont trois des attaquants les plus productifs de l’équipe. Le vieux cliché veut que les joueurs de soutien profitent de l’absence de leurs coéquipiers pour prendre du galon. Sauf qu’il y a des limites aux pertes qu’il est possible de pallier.

«On parle de trois gars qui jouent sur nos deux premiers trios. Si on compte ceux de Laval, on a neuf blessés. Et on a d’autres joueurs qui ne jouent pas à 100%», a souligné Julien.

«Personne ne va nous prendre en pitié. On ne se prendra pas en pitié non plus. Il faut passer au travers. Ça fait partie du hockey. Tu fais du mieux que tu peux avec l’intention de gagner. Si on joue un bon match d’équipe, on va se donner une chance», a-t-il poursuivi.

Accorder une demi-douzaine de buts comme ce fut le cas à Tampa et à Sunrise n’est jamais la recette indiquée pour accumuler des victoires. Avec la liste des blessés qui ne cesse de s’allonger, cela sera encore plus vrai.

«Il va falloir passer au travers en jouant de la bonne façon. Nous devrons être bons défensivement et gagner des matchs plus serrés. On n’a peut-être pas la profondeur pour marquer le nombre de buts que l’on marque depuis le début de la saison», a soutenu Julien.

Cousins garde espoir

Preuve que la profondeur de l’équipe commence à être touchée, pour pallier la perte de Gallagher, Marc Bergevin a procédé au rappel de Dale Weise et Julien a placé Nick Cousins à la droite de Tomas Tatar et de Phillip Danault.

«J’ai vécu une situation semblable en Arizona, l’an dernier. On avait perdu les services de plusieurs joueurs, dont certains étaient des pièces maîtresses. Des gars absents pour quatre à six mois avec des blessures à un genou ou à une épaule, a raconté Cousins. Malgré tout, nous avions réussi à tenir le coup et nous étions demeurés dans la course aux séries éliminatoires jusque tard dans la saison.»

Joueur d’utilité employé dans la troisième unité et – presque par défaut – dans l’attaque massive, Cousins obtient une promotion à laquelle il était loin de s’attendre.

«Ce ne sera pas évident de se joindre à une unité où les gars sont habitués à jouer ensemble depuis deux ans. En plus, personne ne peut remplacer ce que Gally amène à un trio. Je vais amener mon coffre à outils et tenter de garder les choses simples.»

Weise n’attendait plus

Quant à Weise, il ne s’attendait plus à ce que son téléphone sonne. Cinq attaquants du Rocket ont été appelés en renfort avant lui depuis le début de la saison.

«Je suis surpris et excité. Ça m’a fait bizarre, ce matin, de ne conduire que cinq minutes pour me rendre à l’aréna, au lieu d’une heure et demie. Je ne savais pas quoi faire de tout ce temps libre», a-t-il lancé dans un éclat de rire.

Rapatrié à Montréal dans une transaction avec les Flyers en février dernier, Weise n’avait pas disputé de match dans le circuit Bettman depuis le 8 mars.

«J’ai joué tellement de matchs dans la LNH que je ne crois pas qu’il y ait un ajustement à faire. D’ailleurs, si ça se trouve, c’est peut-être l’inverse, a-t-il déclaré. Oui, les adversaires sont meilleurs et le rythme est plus rapide dans la LNH. Cependant, la lecture du jeu se fait plus facilement ici. Le jeu est plus structuré. En bas, tu t’attends à ce que les jeux se dessinent d’une certaine façon, puis, finalement, ce n’est pas du tout ce qui se produit.»

En 27 matchs avec le Rocket, le Manitobain de 31 ans a récolté sept points, dont trois buts.

En raison de cette blessure, Gallagher a vu sa séquence de matchs consécutifs s’arrêter à 229.