Montreal Canadiens v Calgary Flames

Crédit : AFP

Canadiens de Montréal

Cinq raisons expliquant les succès du CH dans l’Ouest

Publié | Mis à jour

À la veille de Noël, le Canadien de Montréal se trouve au troisième échelon de la section Atlantique avec une mince avance d’un point sur ses plus proches poursuivants.

Cette mince avance, le Tricolore l’a obtenue en connaissant un excellent voyage de quatre matchs dans l’Ouest canadien, lui qui a récolté six points sur une possibilité de huit. Voici cinq raisons qui expliquent ses succès :

La force de caractère

Lors de l’ensemble des parties de son voyage dans l’ouest du pays, le Tricolore a encaissé le premier but. Qu’à cela ne tienne, la troupe de Claude Julien a démontré une belle force de caractère en n’abandonnant jamais. Même dans sa défaite de 4 à 3 contre les Oilers d’Edmonton, samedi, le Bleu-Blanc-Rouge a comblé deux retards.

Montreal Canadiens v Edmonton Oilers
Crédit photo : AFP


Nick Suzuki

Le joueur de première année a touché la cible une fois et fourni trois mentions d’aide en quatre parties, ce qui représente 21% de ses points cette saison. En faisant bouger les cordages contre les Flames à Calgary, jeudi, Suzuki a ainsi mis fin à une disette de quatre matchs sans point. Il s’agissait également de la deuxième fois en 2019-2020 qu'il inscrivait au moins un point dans trois affrontements consécutifs.


Max Domi

Suzuki n’est pas le seul patineur du CH à avoir profité de ce voyage pour débloquer offensivement. En effet, l’air de l’Ouest a fait énormément de bien à Max Domi, lui qui a inscrit son nom sur la feuille de pointage à tous les matchs. Au total, il a amassé trois buts et autant de mentions d'aide pour six points. Il s’agit de sa deuxième plus longue séquence de matchs avec au moins un point cette saison.


Le premier trio

L’unité composée de Tomas Tatar, Phillip Danault et Brendan Gallagher n’est pas considérée comme l’un des premiers trios les plus puissants de la Ligue nationale de hockey (LNH), bien au contraire. Et pourtant, contre les équipes de l’Ouest, elle a été tout feu tout flamme avec une production de 11 points. Tatar et Danault ont notamment touché la cible trois fois chacun, tandis que Gallagher a su démontré ses talents de passeur avec trois aides.


L’avantage numérique

Dans la LNH d’aujourd’hui, il est tellement important de profiter de l’indiscipline de ses adversaires et le Canadien l’a bien compris pendant son voyage. L’avantage numérique du CH a touché la cible cinq fois en neuf occasions. Une statistique qui lui donne un pourcentage de réussite de 55,5 %. Pour l’ensemble de la saison, la formation montréalaise a placé la rondelle dans les filets adverses 22,6 % des fois qu’elle évoluait avec un homme en plus.