Crédit : MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Boxe

Ramsay remet les pendules à l’heure

Agence QMI / Mathieu Boulay

Publié | Mis à jour

Au cours des derniers mois, des rumeurs ont circulé au sujet de la santé mentale d’Eleider Alvarez. Toutefois, selon son entraîneur Marc Ramsay, elles n’avaient pas leur raison d’être.

«Il y a eu des choses, qui ont été dites et écrites, qui n’existaient pas au sujet d’Eleider Alvarez, a indiqué Marc Ramsay lors du passage du Journal à son gymnase. Comme tous les boxeurs après une défaite, il a vécu de la déception après son duel contre Sergey Kovalev.

«Tu en as toujours pour deux ou trois semaines. Après, tu reviens au gymnase et c’est derrière toi. Toutefois, il n’y a pas eu de grands passages à vide dans le cas d’Eleider. Il est demeuré dans le gymnase tout le temps.

«Le processus du retour a été plus long que prévu parce que Top Rank voulait mettre Eleider sur le même gala que le combat d’unification d’Artur Beterbiev. Ce n’était pas possible pour moi. À son niveau, c’est une question d’opportunités.»

Une première depuis 2016

Le parcours d’Alvarez le mène maintenant à un duel contre l’Américain Michael Seals. Un combat qui le motive au plus haut point, selon son entraîneur.

«Eleider n’a pas besoin de savoir si c’est un combat éliminatoire pour se motiver. C’est un vrai professionnel et il sait ce qu’il a à faire. Même si Canelo Alvarez avait conservé son titre, il savait que c’était un combat super important.»

«Il est rendu plus âgé et il n’a pas le droit à l’erreur. On s’en va à Verona pour tasser Seals du chemin.»

Ce combat contre Seals est prévu pour 10 rounds. Il s’agira d’une première pour Alvarez depuis 2016 alors qu’il avait vaincu le Polonais Norbert Dabrowski par décision unanime au Casino de Montréal.

«Ça ne change pas grand-chose. Il faut le savoir d’avance pour se préparer en conséquence, a mentionné Ramsay. Ça change aussi très peu de choses sur le plan stratégique.»

«Ça dépend contre qui tu boxes. Le duel de 12 rounds, c’est important lorsque tu veux faire casser un adversaire plus habile que toi. Dans ce temps-là, tu as besoin de ces deux rounds de plus.»

Alvarez a besoin d’une performance convaincante contre Seals pour relancer sa carrière. Le Québécois d’origine colombienne a sa destinée entre ses mains.