FBL-WC-2018-FIFA-BLATTER

Crédit : AFP

Accueil

Les scandales sportifs de la décennie

Publié | Mis à jour

La dernière décennie n’a pas été épargnée par une kyrielle de scandales sportifs. Dopage, corruption, abus et gestes stupides étaient au rendez-vous.

Voici les sept histoires qui ont retenu notre attention :

Le dopage institutionnalisé en Russie

Parmi l’ensemble des scandales de la dernière décennie, rares sont ceux qui impliquent un gouvernement. Et pourtant, la Russie a instauré un système de dopage institutionnalisé qui a été actif de 2011 à 2015, ce qui implique notamment les Jeux olympiques de Sotchi.

Une enquête de l’Agence mondiale antidopage (AMA) rapporte que c’est plus d’un millier d’athlètes russes qui auraient bénéficié de dissimulations de cas de dopage.

Depuis, les athlètes russes ont été contraints de compétitionner sous une bannière neutre lors d’événements internationaux comme les Jeux olympiques et les Championnats du monde. Récemment, l’AMA a décidé d’exclure la Russie des Jeux d’été de 2020 et d’hiver de 2022.

La corruption à la FIFA

En 2015, 14 individus, dont neuf hauts dirigeants de la FIFA, sont inculpés dans le cadre d’une enquête de FBI. Cette vaste enquête révèle que plus de 150 millions $ ont été versés en pots-de-vin et en rétrocommissions dans le cadre de l’attribution de plusieurs Coupes du monde et de contrats de marketing.

Le président de l’UEFA, Michel Platini, et le président de la FIFA, Sepp Blatter, ont été suspendus huit ans de toute activité reliée de proche ou de loin avec le soccer.

L’affaire Larry Nassar

Larry Nassar est au cœur du scandale des abus sexuels dans la fédération américaine de gymnastique, lui qui était l’un des médecins les plus influents de cette organisation. L’individu a été accusé d’avoir agressé pas moins de 265 gymnastes, dont la grande majorité était mineure. La liste de ses victimes comprend plusieurs athlètes olympiques, dont la médaillée d’or McKayla Maronney. C’est en 2015 que le tumulte s’est amorcé avec deux dénonciations et des centaines de victimes en ont ensuite fait de même. Après avoir été renvoyé du programme olympique et de l’Université Michigan, Nassar a été condamné à des centaines d’années de prison après les trois procès auxquels il a fait face.

Lance Armstrong

Après de nombreuses années de suspicion, une enquête de l’AMA a conclu, en 2012, que Lance Armstrong avait utilisé des produits dopants durant sa carrière marquée par sept victoires au prestigieux Tour de France. Après avoir nié, l’Américain a finalement avoué ses torts lors d’une entrevue télévisée avec Oprah Winfrey en janvier 2013. Il a ainsi reconnu avoir consommé de l’EPO, de la cortisone, des testostérones et des hormones de croissance, en plus de recevoir des transfusions sanguines. Ses nombreuses victoires lui ont ensuite été retirées et les organisateurs du Tour de France lui ont notamment demandé de rembourser ses gains de 2,9 millions $.

Donald Sterling perd les Clippers

En 2014, le propriétaire des Clippers de Los Angeles a été banni à vie de toute activité de la NBA par le commissaire Adam Silver. Il a été contraint de vendre sa formation et a écopé d’une amende de 2,5 millions $. Donald Sterling a reçu ces sanctions pour avoir tenu des propos racistes envers les Noirs lors d’une conversation avec sa maîtresse de l’époque. Cette dernière a enregistré l’homme de 85 ans à son insu et a remis l’enregistrement à TMZ Sports. Après la diffusion de celui-ci, de nombreuses vedettes de la NBA, du milieu culturel et même le président Barack Obama ont dénoncé l’homme et demandé son retrait de la vie publique.

Le «Deflategate»

La NFL a été éclaboussée par le scandale du «Deflategate» survenu durant le match de championnat de l’Association américaine en janvier 2015. À la suite d’une enquête, la ligue et son commissaire Roger Goodell ont conclu que les Patriots de la Nouvelle-Angleterre avaient utilisé des ballons dégonflés pendant leur duel face aux Colts d’Indianapolis. Ils ont imposé une suspension de quatre parties au quart-arrière Tom Brady, tandis que son club a perdu deux choix de repêchage et reçu une amende de 1 million $. Le pivot avait contesté sa sanction devant les tribunaux, mais a perdu sa cause et raté les quatre premiers duels de la campagne 2016.

Le genou au sol de Colin Kaepernick

L’autre grand tumulte ayant touché la NFL concerne le quart-arrière Colin Kaepernick et l’hymne américain.

En 2016, le porte-couleurs des 49ers de San Francisco refuse de se lever pour celui-ci, protestant contre le traitement réservé aux Afro-Américains et aux minorités visibles aux États-Unis. Après une rencontre avec un ex-militaire, Kaepernick décide de modifier sa protestation en posant un genou au sol lors de l’hymne. Violemment critiqué pour son geste, l’athlète persiste et signe. Après la campagne, il n’aura cependant plus jamais la chance de lancer un ballon dans la NFL, car aucune équipe n’ose l’embaucher. En 2017, lui et son ex-coéquipier Eric Reid, qui mettait également un genou au sol, poursuivent la NFL et ses équipes en alléguant que celles-ci se sont liguées contre lui. En février 2019, le circuit Goodell et Kaepernick règlent ce litige, mais celui-ci n’a toujours pas obtenu une nouvelle chance de jouer au football dans la NFL.