Patinage

Kim Boutin trouve (quand même) des choses à améliorer

Publié | Mis à jour

Six médailles d’or, un record du monde au 500 mètres... Kim Boutin connaît un début de saison canon sur le circuit de la Coupe du monde de patinage de vitesse courte piste.

Mais la patineuse de Sherbrooke pense qu’elle peut faire encore mieux.

«Mes médailles sont un peu partout chez moi, je ne sais pas trop où les mettre présentement. Elles traînent dans ma chambre», a ri Boutin en entrevue avec la chaîne TVA Sports, jeudi.

«Ce sont des beaux résultats, c’est certain. Il y a encore des trucs améliorer pour le reste de la saison.»

«J’ai des objectifs assez concrets et le fait d’avoir amélioré ma vitesse de pointe fait en sorte que tout est un peu plus facile à vitesse moins élevée, donc ça m’aide beaucoup.» - Kim Boutin

Quand Boutin va, tout va

Les résultats individuels de la Sherbrookoise tirent tout le monde vers le haut au sein de Patinage de vitesse Canada. Avec ses coéquipières, la patineuse de 25 ans a aussi mis la main sur la médaille d’or au relais 3000 mètres.

«Avec les Jeux de PyeongChang [en 2018, NDLR], on avait commencé à se dire des choses pour que l’équipe progresse de la bonne façon, a raconté Boutin. On a intégré ça avec les nouvelles et, clairement, c’est efficace. On a tous la même soif de gagner.»

La mission de l’entraîneur Frédéric Blackburn, maintenant : garder ses patineuses affamées en vue des Jeux olympiques d’hiver 2022 de Pékin.

«On est contents, on a des résultats, a commenté Blackburn. À partir de là, qu’est-ce qu’on fait pour être meilleur dans le futur? L’objectif premier, ça reste les Jeux olympiques.»

«C’est sûr qu’un titre de championnes du monde chez les filles, je pense qu’il n’y en a pas eu depuis 1998. C’est sûr qu’une victoire au relais, ce serait très apprécié.»

Les patineuses canadiennes prennent quelques jours de congé pendant le temps des Fêtes avant de ses préparer pour le Championnat des quatre continents qui se tiendront à Montréal du 10 au 12 janvier prochain.