SPO-Feature sur Eleider Alvarez

Crédit : MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Boxe

Eleider Alvarez vers un combat éliminatoire?

Publié | Mis à jour

Au cours des derniers jours, Canelo Alvarez a décidé d’abandonner son titre WBO des mi-lourds acquis lors de sa victoire contre Sergey Kovalev en novembre. Une nouvelle qui pourrait avoir un impact important sur Eleider Alvarez, selon ce que «Le Journal de Montréal» a appris.

Son promoteur américain Top Rank et son promoteur québécois Yvon Michel ont fait une demande à la World Boxing Organisation (WBO) quelques heures après l’annonce de la décision du Mexicain. Ils aimeraient que son choc contre Michael Seals, qui sera présenté le 18 janvier à Verona, dans l’État de New York, devienne un combat éliminatoire.

«Je confirme que nous avons fait une demande à la WBO, a indiqué le vice-président chez Top Rank, Carl Moretti, dans un courriel à l’auteur de ces lignes. Par contre, nous ne sommes pas sûrs qu’elle sera acceptée.»

Ce serait une excellente nouvelle pour Alvarez. Avec une victoire contre Seals, il pourrait se retrouver à nouveau dans un combat de championnat du monde plus tard en 2020. Comme quoi, ça peut changer vite dans le monde de la boxe.

Par contre, il ne faut pas mettre la charrue devant les boeufs. Une décision sera rendue dans les premiers jours de la nouvelle année.

Un combat à la fois

Pendant ce temps, Alvarez poursuit sa préparation au gymnase de Marc Ramsay. L’ancien champion du monde était souriant lorsqu’il frappait dans les mitaines de Samuel Décarie.

Son intensité et sa force de frappe étaient au rendez-vous. On sent qu’il a hâte de renouer avec l’action et qu’il veut prouver qu’il faisait toujours partie de l’élite de la division des mi-lourds.

«Si le combat éliminatoire devient une réalité, ça serait très bon pour moi, a souligné Eleider Alvarez. Ça me donnerait encore plus de motivation pour vaincre Michael Seals et pour redevenir champion du monde. Ce combat n’est pas une affaire de pression, mais bien un défi de livrer une bonne performance. Je veux montrer le Eleider Alvarez de l’an dernier.»

À 35 ans, il entre dans une phase où certains boxeurs pensent à la retraite. Pour le moment, ce n’est pas dans ses plans.

«Je n’y pense pas encore. Je me sens encore bien et j’ai encore du plaisir à m’entraîner. Le jour où ce ne sera plus le cas, mon entourage sait très bien que je vais accrocher mes gants.»

Un camp à Montréal

Pour ce combat important, Alvarez a décidé de tenir son camp à Montréal. On se souvient qu’il était allé en Colombie avec son entraîneur Marc Ramsay avant ses deux duels contre Sergey Kovalev.

«La grosse différence entre la Colombie et Montréal, c’est de pouvoir m’entraîner en altitude, a expliqué Alvarez. Étant donné que le combat de Seals sera de 10 rounds, je crois que ce n’était pas nécessaire de me rendre là-bas.»

De plus, Alvarez peut avoir des partenaires d’entraînement qui sont en mesure d’imiter le style de Seals. L’Américain est surtout réputé pour sa force de frappe.

«Je vais devoir être alerte, a-t-il mentionné. C’est un vrai cogneur. Je vais devoir être très actif et je devrai être capable de le garder à distance avec mon jab. En gros, d’utiliser le style qui m’a toujours donné du succès.»