Boxe

Mayweather a vite accepté la proposition de Pascal

Publié | Mis à jour

Jean Pascal défendra son titre WBA des mi-lourds pour la première fois contre Badou Jack, le 28 décembre, à Atlanta. Toutefois, peu de gens savent que ce choc s’est concrétisé après une discussion anodine entre le Québécois et Floyd Mayweather Jr.

Après sa victoire contre Marcus Browne en août, Pascal (34-6-1, 20 K.-O.) s’est rendu à Las Vegas, comme il le fait régulièrement. À ce moment-là, il ne savait pas qu’il trouverait un adversaire pour son prochain affrontement.

«J’ai rencontré Floyd Mayweather. Je lui ai dit qu’un combat contre Badou Jack pourrait être intéressant en raison de nos styles, a souligné Pascal lors d’une entrevue téléphonique avec Le Journal de Montréal. J’ai ajouté qu’un tel duel pourrait être intéressant pour les amateurs. Floyd m’a répondu en me disant que c’était logique. Je pensais qu’il me disait cela seulement pour me faire la conversation. Le lendemain, je me suis rendu compte qu’il avait pris mes propos au sérieux.»

Mayweather a soumis rapidement le projet à son équipe. Celle-ci a tout mis en œuvre pour que le combat se concrétise.

«Je sais qu’il n’organise pas ce combat pour moi, mais pour son boxeur, a ajouté Pascal. Il doit être convaincu que son protégé sera en mesure de me battre afin qu’il redevienne champion du monde pour une troisième fois.»

Le respect commande le respect

Au cours de sa carrière, Pascal a souvent posé des gestes d’éclat pour déstabiliser ses adversaires. On se souvient de la dent de requin pour son combat contre Adrian Diaconu ou encore de la perruque blonde pour parler des problèmes de violence conjugale de Marcus Browne en août dernier.

Toutefois, l’histoire sera différente avec Jack (22-2-3, 13 K.-O.), qui a toujours démontré beaucoup de classe envers ses adversaires. On l’a constaté lors de ses chocs contre Adonis Stevenson et Lucian Bute.

«C’est un gentleman, a précisé Pascal. C’est un guerrier sur le ring. Je n’ai rien à dire de mal contre lui, que ce soit sur ou à l’extérieur du ring. Par exemple, avant mon duel contre Browne, il m’avait souhaité bonne chance, tout me disant qu’il se rangeait de mon côté. C’est un chic type.»

Les deux hommes se vouent un respect mutuel. Est-ce que ça pourrait représenter un piège dans un sport comme la boxe?

«Je n’ai pas besoin de le détester pour livrer une bonne performance, a souligné le champion du monde. J’ai assez d’expérience dans la boxe pour savoir quoi faire pour vaincre mon adversaire ou pour rentrer dans sa tête.»

Une mentalité de négligé

Le 28 décembre, Pascal en sera à son 11e combat de champion du monde. Il s’agira de la première défense de son titre WBA des 175 lb. Peu de boxeurs peuvent se targuer d’avoir une telle feuille de route.

«Chaque combat de championnat est spécial pour moi, a-t-il mentionné. Je ne l’ai jamais eu facile et c’est pareil à ce stade-ci de ma carrière. Les gens pensent que je suis favori parce que je suis le champion. Par contre, je me suis entraîné avec la mentalité d’un négligé. Je me bats contre un boxeur de Mayweather, sur une carte de Mayweather, sur une chaîne [Showtime] qui a des liens forts avec Floyd, tout en me battant aux États-Unis. J’ai quatre prises contre moi en partant. Je n’ai rien en ma faveur.»

Toutefois, c’est toujours dans cette position que Pascal a été le plus dangereux au cours de sa carrière. On verra si l’histoire se répétera contre Jack.