Crédit : JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

LHJMQ

La tempête emporte Alain Sear

Publié | Mis à jour

Plongé en pleine tourmente depuis quelques semaines, le directeur des opérations hockey des Olympiques de Gatineau, Alain Sear, démissionne. Il abandonne aussi son poste d’actionnaire qu’il détenait au sein de l’organisation de la LHJMQ depuis 2005.

Le président de l’équipe, Martin Lacasse, en a fait l’annonce lors d’une brève déclaration en conférence de presse, mercredi après-midi, au lendemain d’une assemblée spéciale des actionnaires au Centre Robert-Guertin. La firme de relations publiques TACT Conseil avait été mandatée par l’organisation pour gérer la sortie de crise.

La légitimité de Sear comme dirigeant était contestée depuis des semaines en Outaouais pendant que la reconstruction de l’équipe avance à pas de tortue. La dissension s’était accentuée la semaine dernière à la suite d’articles dans les médias révélant que plusieurs actionnaires des Olympiques réclamaient le départ de Sear.

Les Olympiques (7-23-3-0) croupissent dans les bas-fonds du circuit Courteau avec seulement un maigre point au-dessus de la 18e et dernière place du classement général occupée par le Titan d’Acadie-Bathurst. La troupe d’Éric Landry traverse une séquence de 12 défaites et Gatineau est menacée d’être exclue des séries pour la première fois en 36 ans.

Parallèlement à cette saison difficile sur la glace, les affluences au vétuste aréna Guertin sont en chute libre et se chiffrent à une moyenne de 1963 spectateurs à un peu plus d’un an du déménagement prévu au printemps 2021 dans un nouvel amphithéâtre.

«À la suite des articles qui ont été publiés, ça nous a mené à une réflexion autant de la part de M. Sear que des coactionnaires. On était dans une tempête et il fallait y faire face. [...] C’était une situation devenue insoutenable. M. Sear a pris cette décision avec beaucoup de sérénité et il voulait s’assurer que la bannière des Olympiques soit mise de l’avant, que l’institution prime devant une personne», a réagi Lacasse en entrevue téléphonique avec «Le Journal de Québec».

Pas une erreur

Un comité de sélection aura le mandat de dénicher dès cette semaine un nouveau directeur général à l’équipe la plus titrée de l’histoire de la LHJMQ. Le président a refusé d’admettre que la nomination d’un coactionnaire dans le siège des opérations hockey avait été une mauvaise décision.

«Ça n’a pas été une erreur, a-t-il répondu avant de marquer une pause. Le conseil d’administration et les actionnaires avaient pris une sage décision. Cela dit, si je peux avoir une boule de cristal pour trouver le prochain Benoit Groulx, j’aimerais bien ça.»

Aucun échéancier n’est prévu pour l’arrivée du nouveau DG pendant que la période des échanges bat son plein.

«Notre période des échanges est terminée. [...] On va prendre le temps nécessaire de bien faire les choses et d’assurer que le prochain directeur des opérations soit une personne de talent qui va nous amener où on avait un plan de match et ramener la victoire à Gatineau, non pas seulement en saison mais aussi en séries», a assuré Lacasse, réitérant par le fait même sa confiance envers l’entraîneur Landry.

La ligue satisfaite

La LHJMQ, qui surveillait la saga par l’entremise du commissaire Gilles Courteau, s’est dite soulagée que les actionnaires trouvent un terrain d’entente.

«C’était important pour nous que le groupe d’actionnaires redevienne uni pour que le bien de l’organisation soit mis à l’avant-plan. C’était une situation préoccupante. La ligue n’a mis aucune pression et on les a laissés avoir des discussions. On espère que les actionnaires puissent redonner ensemble les lettres de noblesses aux Olympiques», a commenté son directeur des communications, Maxime Blouin.