Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens de Montréal

Bergevin a rencontré Poehling

Publié | Mis à jour

Marc Bergevin a raconté une anecdote intéressante au sujet de Ryan Poehling. Cette petite histoire pourrait contribuer à lancer la saison du choix de premier tour de Canadiens en 2017.

À la veille du match entre le CH et les Canucks à Vancouver, Bergevin a rencontré les journalistes. À la fin des entrevues en français et en anglais, le directeur général a parlé d’une multitude de sujets sans la présence des caméras.

«Scott Mellanby regardait un match du Rocket de Laval sur sa tablette et il m’a dit qu’il serait temps qu’on lui parle», a raconté le DG du Tricolore au sujet de Poehling.

Mellanby, l’un des adjoints de Bergevin, avait décelé une chose importante dans le jeu de Poehling. Le jeune attaquant avait perdu son sourire, il n’avait plus de plaisir à jouer.

Bergevin a écouté la recommandation de Mellanby et il a rencontré Poehling avant son deuxième rappel avec le CH.

«Nous avons eu une bonne discussion et Ryan a compris certaines choses, a dit Bergevin. Il était surpris de constater qu’un joueur comme Tomas Plekanec avait passé trois saisons complètes dans la Ligue américaine avant d’atteindre la LNH.

«Oui, c’était une conversation très positive, a renchéri Poehling à quelques heures du match contre les Canucks, hier. J’ai réalisé certaines choses. Marc m’a lancé comme message que je devais tout simplement jouer mon style et avoir du plaisir sur la glace. Ça prend du temps avant de devenir un pro.

«L’exemple de Plekanec m’a ouvert les yeux, a-t-il poursuivi. Il y a différents chemins pour atteindre la LNH. Tu dois juste apprécier ton parcours et avoir du plaisir.»

Gérer les attentes

Poehling ne s’attendait pas à endosser l’uniforme du Rocket à sa première saison chez les professionnels. Pour lui, c’était un choc à encaisser.

Après tout, à ses débuts avec le CH, lors du 82e et dernier match de la saison 2018-2019, l’Américain avait enflammé le Centre Bell avec un tour du chapeau et le but gagnant en tirs de barrage, dans un gain de 6 à 5 contre les Maple Leafs de Toronto.

Poehling semblait avoir sa place à Montréal cette saison. Les plans ont toutefois déraillé en raison d’une blessure lors du camp.

«C’est vrai qu’il y avait des attentes et j’étais déçu de ne pas rester avec l’équipe, a reconnu Poehling. Mais ce n’était pas la fin du monde. On me paye pour jouer au hockey, je ne dois pas oublier ça.

«Il est ici présentement et il joue du bon hockey, a ajouté Julien. Ce n’est pas la fin du monde d’aller dans la Ligue américaine, au contraire. On a vu plusieurs joueurs qui connaissent et qui ont connu de belles carrières en allant dans la Ligue américaine.»