LNH

Ce qui empêche le déménagement des Sénateurs à Québec

Publié | Mis à jour

Depuis la saison 2012-2013, l’assistance aux matchs des Sénateurs à Ottawa déclinent constamment - tellement que passé le tiers de la présente campagne, la concession maintient une moyenne de 11 635 spectateurs pour ses rencontres à domicile, la pire de toute la Ligue nationale de hockey (LNH).

Pour un marché canadien, la situation est inusitée. Et pour cette raison, la suite logique serait la vente du club de la Capitale nationale, surtout que le propriétaire Eugene Melnyk est loin de faire l’unanimité chez les partisans à Ottawa.

Or, selon ce qu’a appris le journaliste Renaud Lavoie de TVA Sports lors de la dernière réunion des gouverneurs du circuit à Pebble Beach, Melnyk ferme la porte à la vente de son équipe, malgré les difficultés financières qui la plombent.

«On pense tous que les Sénateurs sont à vendre, a statué Lavoie à l’émission JiC sur TVA Sports, dimanche. Mais peu importe à qui tu parles dans le milieu, la réponse, c’est non.. Ne pensez pas que cette équipe-là va déménager ou être rachetée sous peu.»

Voilà un premier obstacle aux amateurs de hockey de Québec qui attendent toujours le retour d’une équipe dans la Vieille Capitale, au Centre Vidéotron. Et des problèmes supplémentaires se dressent contre la relocalisation des Sénateurs à Québec.

«En public, [le commissaire Gary] Bettman protège [Melnyk], c’est son travail. Il y a de l’argent qui est emprunté à la Ligue nationale, avec intérêts. Si tu fais toujours tes paiements, c’est impossible de la Ligue nationale de faire quoi que ce soit.» - Renaud Lavoie

«Et quand Gary Bettman va accepter une possible vente des Sénateurs, ça va venir avec la promesse que l’équipe reste à Ottawa, a-t-il ajouté. C’est souvent comme ça que Bettman travaille, à moins qu’on lui remette les clés de l’organisation comme à Atlanta [quand les Thrashers avaient déménagé à Winnipeg pour devenir les Jets, NDLR].»

Tout indique donc que, malgré une quantité d'acheteurs intéressés à la concession des Sénateurs, une vente du club de ne surviendra pas de sitôt.

Après 32 rencontres dans le cadre de la saison régulière 2019-2020, les Sénateurs (13-17-2, 28 points) figuraient au 14e rang de l’Association de l’Est. L’équipe du directeur général Pierre Dorion a raté les séries éliminatoires trois fois en quatre ans. Lors de leur dernier séjour en séries, les «Sens» s’étaient inclinés en sept rencontres devant les Penguins de Pittsburgh lors de la finale de l’Est, en 2017.