Canadiens de Montréal

«Ils jouent du hockey plate» - Mario Lemieux

Publié | Mis à jour

À l’époque où Mario Lemieux faisait la pluie et le beau temps avec les Jaromir Jagr et Ron Francis, les Penguins de Pittsburgh formaient une équipe spectaculaire qui écrasait l’autre équipe avec son talent.

C’est sans doute pour cette raison que «le Magnifique» appelle un chat un chat lorsqu’il observe les Canadiens de Montréal, une équipe qui grappille des points grâce à un effort collectif.

«Ils jouent du hockey plate. Ils ont toujours joué comme ça», a dit Lemieux au journaliste de The Athletic Rob Rossi, mardi soir, lors de la deuxième période du match entre le CH et les Penguins.

Lemieux, précise Rossi, n’était pas pour autant amer, lui qui «avait presque l'air impressionné». Dans le milieu, le hockey plate est synonyme de discipline, de sacrifice au bénéfice du groupe. Il est en soi valorisé.

Le «hockey plate» a d’ailleurs souri aux Canadiens, qui ont quitté le PPG Paints Arena avec une victoire de 4-1. Il s’agissait d’un troisième gain en quatre matchs pour les hommes de Claude Julien, qui avaient besoin de resserrer le jeu, sachant qu’ils avaient accordé quantité de buts lors de leur moribonde séquence de huit défaites.

«Quand tu vois que le match s’en va dans cette direction, tu dois simplifier les choses, a indiqué le défenseur Kristopher Letang après la défaite des siens. Peut-être que ce sera un match plate, mais tu ne dois pas déroger du plan. Peut-être qu’on a essayé de trop en faire et on s’est fait piéger.»

Durant sa récente glissade, le CH a encaissé quatre buts ou plus à six reprises (4,25 par match). Or, lors de ses quatre dernières sorties, il a accordé un total de sept buts seulement (1,75 par rencontre).

Bref, tout porte à croire que le Tricolore continuera de jouer du hockey plate si c’est ce qui peut l’amener en séries.