Rogers Cup Toronto - Day 4

Crédit : AFP

Tennis

Eugenie Bouchard travaille plus fort que jamais

Publié | Mis à jour

La Québécoise Eugenie Bouchard s’est retrouvée sur une pente très escarpée en 2019 et a poursuivi sa glissade au classement de la WTA, mais Sylvain Bruneau croit qu’elle pourrait à nouveau surprendre si elle arrive à faire la paix avec elle-même.

Maintenant 214e joueuse mondiale, la joueuse de 25 ans n’est plus l’ombre de ce qu’elle a déjà été par le passé. «Genie» a perdu 13 duels consécutifs et a terminé la saison avec une fiche de 8-18.

«Ç’a été juste difficile pour elle, malgré le travail, a admis Bruneau, lundi, lors du bilan de Tennis Canada présenté au Stade IGA. On le sait, elle a connu une séquence de défaites. Quand elles s’accumulent, tu as beau travailler et travailler, mais c’est comme un précipice. C’est très difficile, malgré les bonnes intentions et les espoirs, de s’en sortir. Au tennis, comme dans plein d’autres sports, le manque de confiance peut peser lourd.»

De mars à avril, la Montréalaise d’origine a dû se retirer pour soigner une blessure aux abdominaux, ce qui ne l’a pas aidée à commencer sa saison avec confiance. Les ennuis sur le terrain ont suivi et le tout s’est étiré jusqu’en novembre.

Au tournoi de Houston, Bouchard a finalement remporté un match et atteint les huitièmes de finale de cet événement de la série Oracle Challenger. Comble de malheur, une vieille blessure au pied a émergé à nouveau et la Québécoise a été contrainte à l’abandon.

Prendre du mieux

«Parfois, on sort de ça et on devient plus fort», a ajouté Bruneau, qui est responsable du programme féminin de Tennis Canada, en plus d’être l’entraîneur de Bianca Andreescu. Même si ça fait plusieurs années qu’il le répète, l’instructeur a confiance de voir «Genie» repartir sur de meilleures bases.

«Elle est vraiment dans un super état d’esprit et elle est à Las Vegas pour travailler avec Gil Reyes, qui a été le préparateur physique d’Andre Agassi pendant plusieurs années, a annoncé Bruneau. Elle est ultra motivée, elle travaille comme jamais. [...] Si Eugenie se met de la partie en 2020, ça va devenir vraiment intéressant.»

D’ailleurs, l’année 2019 et les succès connus par Andreescu rappellent à Bruneau une certaine époque de grandes réalisations pour Bouchard. La jeune femme avait connu énormément de succès en 2014, au moment où sa carrière professionnelle en était à ses balbutiements.

«Je pense que les résultats d’Eugenie à ce moment-là ont un peu ouvert la porte et ont permis à une joueuse comme Bianca de voir qu’en étant Canadienne et qu’en passant par le système canadien, elle pouvait rêver et y croire [à une carrière professionnelle].»

Pour en avoir parlé avec Andreescu, Bruneau sait que les bonnes performances de Bouchard ont porté ses fruits. L’ancien joueur espère désormais que la cadette pourra inspirer celle qui lui a donné de l’espoir autrefois.