Mikaël Lalancette

Équipe Canada junior se laissera-t-elle tenter?

Équipe Canada junior se laissera-t-elle tenter?

Mikaël Lalancette

Publié 09 décembre 2019
Mis à jour 09 décembre 2019

C'est ce lundi que se met en branle le camp final d'Équipe Canada junior 2020.  

Du nombre des 31 joueurs invités à Oakville en Ontario, six représentants de la Ligue de hockey junior majeur du Québec : les attaquants Alexis Lafrenière (voyez ses prouesses dans la vidéo ci-dessus), Benoit-Olivier Groulx, Dawson Mercer, Raphaël Lavoie, le défenseur Jared McIsaac et le gardien Olivier Rodrigue.    

Jakob Pelletier ratera le camp en raison d'une blessure subie la semaine dernière. Le natif de Québec a été remplacé par Connor Zary.  

Les Red Wings de Detroit ont par ailleurs confirmé lundi que l'attaquant Joseph Veleno avait été prêté à Hockey Canada pour le prochain mois. On est toujours dans l'attente d'une décision des Islanders de New York dans le dossier Noah Dobson.  

Plusieurs joueurs liés à LHJMQ ont de très bonnes chances de se retrouver de la délégation canadienne, qui s'envolera pour Ostrava en République tchèque d'ici Noël.  

Quelques constats en regardant les joueurs invités : Hockey Canada pourrait se laisser tenter de retenir une édition plus jeune cette année.  

Des 31 joueurs retenus, près de la moitié (14) sont âgés de 18 ans ou moins.  

Parmi eux, d'excellents espoirs en vue du prochain repêchage de la Ligue nationale de hockey.   

En plus de Lafrenière, qui était de l'édition de l'an dernier, Quinton Byfield, Cole Perfetti et Jamie Drysdale figurent parmi les meilleurs Canadiens en vue du prochain encan de la LNH.   

Bref, le groupe de joueurs sera talentueux, peut-être un peu plus jeune que lors des dernières années.Je me suis entretenu avec André Tourigny, l'adjoint de l'entraîneur-chef de l'équipe canadienne junior, Dale Hunter.Tourigny a vécu trois Mondiaux juniors, ceux de 2010, 2011 et 2013. Le Nicolétain a accepté de me parler du prochain camp de sélection et du tournoi à venir.  

«On va avoir un groupe qui va être responsable défensivement, a-t-il analysé. On va avoir beaucoup de vitesse, de la profondeur... En attaque, nous aurons quatre bonnes lignes, des gars responsables défensivement. Nous aurons une excellente brigade défensive. Et on a beaucoup de profondeur chez les gardiens. Ça va être une bonne bataille lors du camp!»  

Quatre gardiens ont été invités : les Ontariens Nico Daws et Hunter Jones, Joel Hofer du Manitoba et Olivier Rodrigue des Wildcats de Moncton.  

Cet été, Mark Hunter avait déclaré que le poste de Rodrigue était plus à perdre qu'à gagner, mais à se fier aux propos de Tourigny, tout est encore possible pour les quatre hommes masqués.  

«C'est un peu unique, admet-il. Les quatre sont bons et auront une chance de devenir notre numéro un. Lors des tournois précédents, on a ciblé un gardien qui serait le numéro un. Il y a deux ans, c'était Carter Hart, l'an dernier Michael DiPietro. Mais cette année... Chaque fois qu'on se parle, on se dit : ''Ça pourrait être lui, il est bon!'' La fois suivante, c'est : ''Ça pourrait être celui-là, il est bon lui aussi!''»  

Bref, une belle bataille se dessine à l'horizon et les dirigeants canadiens devront cibler les deux meilleurs pour affronter les puissances du hockey junior mondial dans le prochain mois.  

L'heure des décisions importantes approche pour Hockey Canada. L'Unifolié n'a pas remporté l'or sur une patinoire européenne depuis 2008. Le tournoi avait eu lieu à Liberec et Pardubice, en République tchèque.