SPO-CANADIENS-DEVILS-LNH

Crédit : Joël Lemay / Agence QMI

LNH

Même Nashville ne peut relancer P.K. Subban

Publié | Mis à jour

Si le défenseur des Devils du New Jersey P.K. Subban espérait donner un nouveau souffle à sa saison 2019-2020 lors de son retour à Nashville, samedi, il a vite déchanté.

Le numéro 76 disputait un premier match au Bridgestone Arena depuis la conclusion de la transaction l’ayant fait passer des Predators aux Devils l’été dernier. Or, ses ennuis sur la patinoire se sont poursuivis de plus belle. L’Ontarien a terminé la soirée avec un différentiel de -3 et les siens ont encaissé un autre revers, s’inclinant au compte de 6 à 4.

Ayant été vertement critiqué par un chroniqueur du quotidien «New York Post» pour son omniprésence sur les réseaux sociaux dernièrement, Subban présente désormais un dossier de -15, soit le neuvième pire de la Ligue nationale de hockey. Il revendique cinq points en 29 sorties. Pourtant, il est question ici d’un athlète qui a remporté le trophée Norris avec le Canadien de Montréal en 2012-2013 et qui touche 9 millions $ par année.

«Nous devons nous concentrer sur ce qu’il y a en avant de nous. Je crois que personne ne peut dire quel type de saison nous allons connaître. Il reste encore beaucoup de hockey à jouer», avait-il dit au site NHL.com, vendredi, tout en gardant la tête haute.

L’enfer

L’arrière de 30 ans n’a pas rencontré les médias après la défaite de son club, mais ce serait un euphémisme de dire que les choses vont mal au New Jersey, là où Alain Nasreddine a pris le poste d’entraîneur-chef sur une base intérimaire après le congédiement de John Hynes la semaine passée. Les Diables occupent l’avant-dernier rang de l’Association de l’est avec une pauvre fiche de 9-15-5 bonne pour 23 points.

«Je mentirais si je disais que nous ne sommes pas frustrés et fatigués d’assister au même scénario. Les causes de nos échecs restent identiques, les résultats aussi», a indiqué l’attaquant Blake Coleman à NHL.com.

«C’est difficile de ne pas être furieux, mais en même temps, nous devons nous concentrer sur le prochain match. Il s’agit d’un sujet qu’on a évoqué après le changement d’instructeur. Il faut prendre une bonne respiration et saisir ce qu’on doit améliorer. Ce sera un processus et pour avancer, il faut faire les premiers pas. On se tire dans le pied et c’est compliqué d’avoir du rythme quand on commet autant d’erreurs», a ajouté le vétéran Kyle Palmieri.