HKN-HKO-SPO-COLORADO-AVALANCHE-V-VANCOUVER-CANUCKS

Crédit : AFP

LNH

MacKinnon veut offrir un AUTRE rabais à l’Avalanche

Publié | Mis à jour

Nathan MacKinnon a pris une décision à l’été 2016 qui fait aujourd’hui de lui l’un des joueurs les plus sous-payés de la Ligue nationale de hockey. Mais il ne s’en formalise pas du tout. Il est même prêt à offrir un autre rabais à son club.

Après une saison de 52 points, l’attaquant vedette, alors âgé de 20 ans, avait paraphé une entente de sept ans, d’une valeur totale de 44,10 millions $.

Le hic, c’est que MacKinnon est depuis devenu l’un des joueurs les plus dominants du circuit Bettman. Cette saison, il revendique déjà 44 points en 27 matchs, mais sa valeur moyenne annuelle de 6,3 millions $ le place présentement au 82e rang de la Ligue.

«J’étais simplement excité de recevoir autant d’argent à un si jeune âge, a-t-il expliqué mercredi dans un entretien avec le magazine Forbes. Évidemment, ça profite assez à l'équipe actuellement, mais ça valait la peine à l’époque... Je n’ai aucun regret.»

En optant pour un contrat de transition de deux ans, MacKinnon aurait pu mettre la main sur tout un pactole après la saison 2017-2018, durant laquelle il a amassé 97 points.

S'il en avait eu l'occasion, MacKinnon aurait peut-être fait partie du mouvement de grève chez les joueurs autonomes avec compensation qui a été lancé par William Nylander la saison dernière, et qui a fait couler beaucoup d’encre au cours de l’été. Mais il dit être en paix avec sa décision, lui qui se considère choyé sachant qu’il ne provient pas d’un milieu aisé.

L’exemple des Blackhawks

Au-delà du salaire, MacKinnon pourrait être récompensé avec une coupe Stanley : la marge de manœuvre que son contrat procure à l’Avalanche a permis au directeur général Joe Sakic d’assembler une équipe dangereuse.

«Nous avons des gars que nous n’aurions pu amener ici [autrement], a dit le joueur de centre. Je vais accepter moins d’argent encore pour ma prochaine entente. Car je veux gagner avec ce groupe.»

Les Blackhawks de Chicago, faut-il le rappeler, n’ont jamais franchi le premier tour des séries éliminatoires depuis que les contrats de 84 millions $ chacun consentis à Jonathan Toews et Patrick Kane sont entrés en vigueur.

MacKinnon et Mikko Rantanen totalisent un espace de 15,55 millions $ sur la masse salariale de l’Avalanche, alors que chez les Maple Leafs de Toronto, par exemple, 22,53 millions $ sont occupés par Auston Matthews et Mitch Marner. Et il n’est même pas question ici de John Tavares.