Dallas Cowboys v Detroit Lions

Crédit : AFP

NFL

Jason Garrett dans l’eau chaude

Publié | Mis à jour

Si vous croyez que la pression est forte sur le Canadien de Montréal au Québec, imaginez un peu la marmite bouillonnante dans laquelle les Cowboys de Dallas sont plongés en ce dernier droit de la saison dans la NFL.

Jeudi soir, lorsqu’ils auront affronté les Bears, il ne restera que trois matchs aux Cowboys pour s’assurer d’une place en séries. Avec leur dossier actuel de 6-6, rien n’est joué.

Les Cowboys sont peut-être les représentants de Dallas, mais au fil de leur riche histoire, ils n’ont pas hérité du surnom parfois surfait d’équipe de l’Amérique pour rien. Les amateurs de football d’un peu partout sur le continent aiment épier leurs moindres faits et gestes, pour les aduler ou les mépriser.

Et actuellement, un sentiment de panique généralisée semble envahir une bonne part de leurs plus ardents supporteurs. Leurs six victoires ont été enregistrées aux mains d’équipes qui montrent un dossier cumulatif de 14-42-1, donc c’est un peu comme si même leurs bons coups sont invalidés.

Les Cowboys n’ont inscrit que deux touchés à leurs 24 dernières possessions et les partisans exigent que l’entraîneur-chef Jason Garrett paie le prix. Le volubile propriétaire Jerry Jones, qui ne peut se retenir de se prononcer sur l’état de l’équipe à chaque trois minutes, a critiqué Garrett publiquement en y allant de menaces à peines subtiles quant à la perte potentielle de son emploi si l’équipe ne gagne pas.

Le grand patron de l’équipe n’a fait que placer son pilote dans une position intenable. Si les Cowboys perdent, Garrett sait que c’est la fin. Mais même s’ils gagnent, il sait qu’il a déjà suffisamment usé de la patience de l’empereur.

Dans ce cas-ci, difficile de défendre Garrett, qui ne parvient pas à hisser son équipe au niveau supérieur, malgré un alignement débordant de talent aux positions clés. Mais considérant les attentes qu’il connaissait déjà fort bien, Garrett n’avait pas besoin de cette pression additionnelle du grand manitou. L’épée de Damoclès planait déjà au-dessus de sa rousse crinière.

Moins opportunistes

La saison dernière, les Cowboys ont remporté la division Est avec une fiche de 10-6. Ils avaient notamment maintenu une fiche de 8-2 dans les matchs décidés par sept points d’écart ou moins.

Preuve que leurs succès ne tenaient qu’à un fil, leur fiche dans le même contexte cette saison est de 0-4.

Grâce à leur présence au sein d’une division faible, il serait étonnant que les Cowboys ratent les séries. Ils devraient donc sauver la face, ce qui ne sera pas le cas de leur entraîneur, qui semble condamné à gagner le Super Bowl.