Canadiens de Montréal

Claude Julien : «C’est impossible de continuer comme ça...»

Publié | Mis à jour

Maintenant que le Canadien a mis fin à sa séquence de huit matchs sans victoire, le pire de la crise semble derrière lui. Toutefois, Claude Julien a pris la peine de le spécifier au terme du gain contre les Islanders : son équipe n’est pas sortie du bois.

S’il y a une lacune que le passage à vide du Tricolore a mis en lumière, c’est bel et bien celle qu’il présente en défense.

Évidemment, le jeu défensif n’est pas que l’apanage des arrières. Toutefois, tant que le Canadien ne misera pas sur un groupe solide à la ligne bleue, son équilibre sera fragile.

La blessure de Victor Mete, subie samedi contre les Flyers, en est le dernier exemple le plus probant. Pour pallier sa perte, et en raison des difficultés rencontrées par Gustav Olofsson, renvoyé à Laval mercredi après trois rencontres, l’entraîneur du Canadien a dû surtaxer Ben Chiarot.

Trois fois de suite, l’Ontarien a battu sa marque personnelle en passant 27 min 11 s, 29 min 26 s et 30 min 47 s sur la surface de jeu. On parle ici de trois matchs en quatre soirs.

«Quand tu mènes par un seul but, tu ne penses pas à l’effet fatigue. Tout ce qui t’importe, c’est de faire en sorte de maintenir cette avance», a déclaré Chiarot après la défaite à Boston dimanche.

 

Crédit photo : Martin Chevalier / JdeM

À court de candidats

Au cours du même entretien, il ne s’était pas gêné pour montrer du doigt Olofsson, sans toutefois le nommer.

D’ailleurs, avant son arrivée à Montréal, seulement sept fois Chiarot avait franchi le plateau des 22 minutes de jeu lors de matchs ne nécessitant pas une période de prolongation. Il a déjà vécu une soirée aussi occupée à neuf reprises cette saison.

«On ne peut pas continuer à l’utiliser comme ça. Nous allons apporter des modifications, a lancé Claude Julien, mardi soir. On est dans un moment où l’on fait notre possible pour gagner des matchs, mais c’est impossible de continuer à utiliser des défenseurs comme ça.

«Ça va être important d’apporter des modifications et c’est ce qu’on va faire.»

Le renvoi d’Olofsson à Laval est une étape, mais elle ne règle pas le problème. Mike Reilly, Karl Alzner et Xavier Ouellet (à peine remis d’une blessure au bas du corps), trois autres défenseurs gauchers de l’organisation, ne sont pas, eux non plus, le remède.

Dans le cas d’Otto Leskinen, ça reste à voir. Rappelé mercredi, il est le seul du groupe sans expérience dans le circuit Bettman.

Oubliez Romanov

L’entraîneur-chef du Canadien est bien conscient du problème. D’ailleurs, c’était assez surréel de voir Brett Kulak accompagner Shea Weber une bonne partie du match à Boston après avoir regardé trois des quatre rencontres précédentes depuis la passerelle.

«Qu’est-ce que tu veux que je te dise», a répondu Julien, dimanche matin, au confrère Pat Hickey, qui lui avait passé la remarque.

Bref, il faut du renfort et le plus tôt sera le mieux. Oubliez, pour l’instant, Alexander Romanov que Marc Bergevin est allé épier en Russie.

Le défenseur du CSKA de Moscou finira la saison en KHL. On aura la chance de le voir, le mois prochain, représenter la Russie au Championnat mondial junior.

Selon capfriendly, Bergevin bénéficie d’une marge de 7,8 M$ sous le plafond salarial. Pour autant qu’il soit prêt à effectuer une transaction, il en aurait suffisamment pour mettre la main sur un arrière gaucher.