Dominic Picard

Crédit : Simon Clark/Agence QMI

LCF

La LCF dans la mire de Dominic Picard

Agence QMI / Richard Boutin

Publié | Mis à jour

Après quatre saisons avec le Blizzard du Séminaire Saint-François, dont la dernière comme entraîneur-chef de la formation juvénile, Dominic Picard a jugé que le moment était venu de passer à une autre étape.

«Le temps est venu de monter au niveau supérieur, a résumé Picard. Décembre et janvier sont les mois où les mouvements de personnel s’effectuent, et c’est pourquoi j’ai décidé de partir à ce moment-ci. J’ai quelques options et j’ai des pourparlers.»

Enseignant dans la concentration football au Séminaire Saint-François (SSF) de la 1re à la 5e secondaire, tâche principale de son mandat, Picard souhaite maintenant coacher à temps plein. Il souhaite se dénicher un poste dans la LCF ou dans le réseau universitaire.

Payer le prix

«Ça serait plaisant de demeurer à Québec, près de ma mère et de ma sœur, ou au Québec, mais je connais la réalité, et ça ne me fait pas peur de partir», a raconté l’ancien porte-couleurs des Argonauts de Toronto, des Blue Bombers de Winnipeg, des Roughriders de la Saskatchewan et des Alouettes de Montréal pendant deux semaines au camp d’entraînement.

«Pendant dix ans, comme joueur, je me suis promené dans la LCF. Je ne suis pas fermé à [l’idée de] déménager.»

S’il a aimé son séjour avec le Blizzard, Picard veut diriger des professionnels ou dans un circuit hautement compétitif.

«J’ai le coaching dans le sang et je souhaite diriger des joueurs plus âgés qui veulent performer. Je me sens prêt pour un emploi dans la LCF. Au SSF, j’ai vécu une super belle période d’apprentissage et je suis reconnaissant de l’opportunité qu’on m’a offerte.»

Dans la LCF, des changements importants se produiront notamment en Colombie-Britannique, à Edmonton et à Ottawa avec l’entrée en scène de nouveaux entraîneurs-chefs.

Étant donné que les postes vacants sont plutôt rares au Québec dans le circuit universitaire, Picard est aussi ouvert à travailler ailleurs au pays.

Logique selon le DG

Luc Savoie n’a pas été surpris de la décision de Picard, qu’il avait lui-même embauché il y a près de quatre ans.

«“Pic” est un coach de haut niveau qui possède de grandes connaissances et une éthique de travail incroyable, a louangé le directeur général du SSF. C’est tout un coach de ligne offensive. C’est correct qu’il tente le saut. Il n’est pas nerveux, et je ne suis pas nerveux pour lui. Il a des contacts partout au Canada et il analyse ses options.»

«Son passage a été bon pour nous, et ce fut une belle transition pour lui alors qu’il a pu goûter aux responsabilités, d’ajouter Savoie. On s’est rencontrés, samedi, et il m’a dit : “Un jour, on va peut-être coacher ensemble, et c’est moi qui serai ton boss.”»

Savoie a confié au responsable des sports la tâche de regarder les besoins pour le successeur de Picard, qui a rencontré les joueurs, lundi, avant de partir.