Entraînement Canadiens

Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens de Montréal

Claude Julien se console

Publié | Mis à jour

Même un enfant à la maternelle ou un bambin qui n’a pas encore fait son entrée à l’école reconnaîtra qu’un est plus grand que zéro. C’est un raisonnement mathématique des plus simples. Quand une équipe ne parvient pas à stopper la tempête, on se console avec un revers en prolongation.

À quelques heures du match contre les Flyers de Philadelphie, Claude Julien avait un seul objectif. Il voulait freiner l’hémorragie. Le CH n’y est pas parvenu.

Malgré un effort défensif plus louable, le Tricolore a perdu 4 à 3 en prolongation contre la bande à Alain Vigneault et Michel Therrien. On parle donc d’un septième revers d’affilée (0-4-3).

«Je ne suis pas satisfait, mais c’était beaucoup mieux que dernièrement, surtout défensivement, a reconnu Julien après la rencontre. J’ai trouvé qu’on a fait du bien meilleur travail. Nous affrontions une équipe dangereuse offensivement et nous avons limité les chances de marquer. C’est un pas dans la bonne direction. Nous avons récolté un point, c’est mieux que zéro comme nous le faisions lors des derniers matchs. Il faut bâtir là-dessus et tenter de rebondir à Boston.»

La montée des Finlandais

Encore une fois, Julien restait bien calme en répondant aux questions des médias. L’entraîneur en chef doit parfois chercher ses mots pour expliquer une autre défaite des siens. Et on peut le comprendre.

S’il n’a pas sorti de déclarations fracassantes, il a déjà fait mieux que son capitaine, Shea Weber, qui brillait par son absence dans le vestiaire des siens.

Julien a retenu quelques points positifs en soulignant notamment le jeu inspiré des Finlandais, Joel Armia, Artturi Lehkonen et Jesperi Kotkaniemi. Les trois joueurs ont d’ailleurs obtenu des présences ensemble en fin de troisième période.

«Armia était très très bon contre les Flyers et Lehkonen aussi, a-t-il répliqué. Dans le cas de Kotkaniemi, il commence à débloquer.»

Des contrastes

Les Flyers débarquaient à Montréal en parfaite confiance. Depuis le début du mois de novembre, la formation de la Pennsylvanie a amassé 24 points, un sommet dans la LNH, grâce à un dossier de 10-2-4. Il s’agit d’un contraste frappant avec le CH qui n’a obtenu que 12 points (4-5-4).

Victor Mete n’accompagnera pas ses coéquipiers à Boston en raison d’une blessure au bas du corps.