Les Partants

«Si c'était à recommencer, il y a mille et une choses que je ne ferais pas»

Publié | Mis à jour

Notre analyste Michel Bergeron a été entraîneur-chef dans la LNH et dans la LHJMQ pendant plusieurs saisons et il se sent évidemment interpellé par les histoires d’abus impliquant Mike Babcock et Bill Peters.

Babcock, congédié par les Maple Leafs la semaine dernière et Peters, qui pourrait bien l’être bientôt par les Flames, font ces jours-ci l’objet d’allégations abus psychologiques de la part d’anciens joueurs.

Dans le cas de Peters, ça va plus loin : il aurait lancé des insultés racistes à un joueur noir et aurait, à un autre moment au cours de sa carrière, attaqué physiquement certains de ses joueurs. Les Flames mènent toujours une enquête sur son cas.

«Bravo à ceux qui ont dénoncé, je suis contre le fait que Babcock s'en soit pris à un jeune joueur», a commenté «Bergy», jeudi matin, à l’émission «Les Partants».

«Peters n'a plus sa place dans le hockey et je pense, d'ailleurs, qu'on est en train de régler son contrat», a-t-il également mentionné.

«L'homophobie, le racisme et la violence physique, ça n'a pas sa place».

Bergeron se souvient bien de l’époque où il était entraîneur. C’était une toute autre réalité.

«Tu gagnes, tu gagnes, et là tu vis un "power trip" épouvantable. Même mes propriétaires, j'étais comme le bon Dieu, on me donnait tout ce que je voulais, et un moment donné, il y a de l'abus», a-t-il raconté.

«Si c'était à recommencer, il y a mille et une choses que je ne ferais pas», a-t-il laissé tomber.

Voyez le segment complet dans la vidéo ci-dessus.