Toronto Maple Leafs v Detroit Red Wings

Crédit : AFP

LNH

Les «Dead Wings» ne volent pas haut

Publié | Mis à jour

Le baril est très profond chez les Red Wings de Detroit et les joueurs se demandent quand ils en atteindront enfin le fond, au lendemain d’un gênant revers de 6 à 0, à domicile, face aux Maple Leafs de Toronto.

Au Little Ceasars Arena, mercredi, l’ambiance était assurée par les partisans des Leafs, alors que ceux des Wings s’étaient tus devant la dégelée des leurs.

«Je ne sais pas où le fond du baril se situe, mais il doit être tout près, a mentionné l’attaquant Luke Glendening au quotidien “Detroit Free Press” après la rencontre. Nous devons trouver une façon de jouer simple et continuer à aller de l’avant.»

Frans Nielsen, qui connaît une saison décevante à l’attaque, a lui aussi montré des signes de découragement. «Nous étions très en retard, surtout en deuxième période, a mentionné le Danois, qui ne compte qu'un point en 23 rencontres. On aurait dit deux ligues différentes. Je n’arrive pas à l’expliquer. C’est embarrassant.»

Il faut dire que le château de cartes de Detroit s’est écroulé depuis plusieurs semaines déjà. Une séquence de sept défaites l'a fait glisser au dernier rang de la Ligue nationale de hockey (LNH), en vertu d’une fiche de 7-17-3 bonne pour 17 points. Les Red Wings sont aussi ceux qui ont accordé le plus de buts (104) et qui en ont marqué le moins (59).

En manque de leadership

Depuis la retraite d’Henrik Zetterberg en 2018, la troupe de Jeff Blashill n’a plus de capitaine. Le défenseur Niklas Kronwall, qui amenait lui aussi une bonne dose de leadership et d’expérience aux jeunes Wings, s’est quant à lui retiré au terme de la dernière saison.

Dylan Larkin, l’un des quatre adjoints au capitaine, est celui qui semble avoir le meilleur profil pour prendre la relève, mais lui aussi reste sans réponse face aux déboires de son club.

«C’est dur de se tenir debout ici, tous les soirs, et d’avoir à répondre à ces interrogations, a admis Larkin. On doit composer avec ce sentiment désagréable et le garder en tête. Nous n’avons pas de réponse pour l’instant, mais nous en aurons bientôt. Il a des points positifs malgré tout.»

Quelques joueurs, dont le Québécois Anthony Mantha, font bien cette saison malgré les circonstances. Avant sa blessure en début de semaine, Mantha comptait 23 points en 25 rencontres et représentait la principale menace offensive de l’équipe du Michigan, en compagnie de l’ailier Tyler Bertuzzi.