Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens de Montréal

Les billets du Tricolore ne trouvent plus preneurs

Publié | Mis à jour

L’époque où l’organisation du Canadien voyait ses billets s’envoler comme des petits pains chauds est révolue. Finie la surenchère pour mettre le grappin sur une précieuse paire de billets. Depuis trois saisons, la tâche de remplir le Centre Bell au maximum de sa capacité devient de plus en plus ardue.

Dans les hauteurs de l’amphithéâtre, les membres de l’organisation doivent maintenant creuser leurs méninges pour attirer les clients en offrant des promotions alléchantes.

Avec le coût de la vie de plus en plus élevé à travers la province, dépenser des centaines de dollars pour assister à un match de hockey devient plus difficile. Le combat pour le dollar-loisir est intense.

Les partisans ne s’arrachent plus les billets comme autrefois. Les résultats de l’équipe ne les poussent certainement plus à faire des pieds et des mains ou à casser leur tirelire.

Les consommateurs se tournent vers les sites de vente en ligne au rabais, tels que StubHub et, récemment, vers les sites offrant des promotions.

En effet, l’adresse Tuango vend des aubaines pour quatre matchs du Canadien en décembre et en janvier : une paire de billets dans les sections 400 en plus de deux tuques pour la somme de 110 $, taxes incluses. Le forfait serait d’une valeur de 183 $.

Nouveau médium

Vendu en quantités limitées, le stock de trois des quatre forfaits était déjà écoulé en moins de 24 heures dans ce premier partenariat entre le CH et Tuango.

«Nous faisons généralement nos promotions sur nos plateformes et nos réseaux, a signalé le vice-président aux ventes et développement du Canadien, Vincent Lussier. Cette idée des forfaits n’est pas nouvelle. On voulait essayer un nouveau médium. Le groupe evenko l’utilise, mais c’était la première fois pour le Canadien. L’essai est fructueux.»

Sans surprise, ces quatre matchs sont à l’horaire de la semaine, moment où le Tricolore voit son auditoire légèrement baisser. Les stocks étaient plus élevés.

Avant le duel de jeudi face aux Devils du New Jersey, quatre des sept salles combles en 13 matchs à Montréal l’ont été les samedis soir.

Au sommet de la LNH

Jeudi, en début d’après-midi, on pouvait trouver près de 1000 billets disponibles sur le site de revente StubHub. Toutefois, il importe de signaler que sur les sites de revente, le billet est considéré comme étant déjà acheté. Le détenteur le revend.

Mais trouver des billets par douzaine dans les 24 sections des « rouges » n’était pas chose commune il n’y a pas si longtemps.

Dans les hauteurs du Centre Bell, on ne s’affole pas, loin de là, puisqu’on a noté une hausse de 1 % des ventes comparativement à l’année dernière à pareille date. Et le CH fait encore figure de leader dans la LNH.

«Dans les 72 heures précédant un match, c’est normal de trouver des billets. C’est la norme dans l’industrie, a commenté M. Lussier. Il y a beaucoup d’échanges avant un match.

«Notre moyenne d’assistance est au-delà de 21 000 spectateurs par match, a-t-il ajouté. C’est élevé. On est très satisfait des résultats et on touche du bois pour que ça continue.»

Vendredi fou

Le Canadien continuera à titiller les chasseurs d’aubaines. Il le fait avec les forfaits familiaux et étudiants. Disant prêter l’oreille à son marché et établissant une fourchette diversifiée de prix, il n’est pas différent des autres formations du circuit.

Cela dit, un forfait comprenant une paire de billets, un repas pour deux et l’entrée du stationnement pour une bouchée de pain, comme on a pu le voir à Sunrise en Floride, n’est pas justifié dans le marché montréalais.

En cette journée du Vendredi fou, le CH emboîtera évidemment le pas, comme le reste de l’industrie.