Boxe

Sadriddin Akhmedov, l’Alexis Lafrenière de la boxe montréalaise

Publié | Mis à jour

Le groupe Eye of the Tiger Management (EOTTM) a fait un «coup de maître» en mettant la main sur le boxeur kazakh Sadriddin Akhmedov.

C’est du moins ce qu’a indiqué l’entraîneur Marc Ramsay, mercredi.

Akhmedov (10-0-0, 9 K.-O.), qui aura bientôt 22 ans, travaille depuis un an avec l’entraîneur québécois. Il disputera son 11e combat chez les professionnels le 7 décembre prochain, alors qu’il affrontera l’Argentin Jose Antonio Villalobos (12-5-2, 7 K.-O.) au Centre Bell dans ce gala d’envergure qu’Eye of the Tiger prépare depuis quelques mois.

Akhmedov, un super-mi-moyen, est «un boxeur prometteur, qui a beaucoup, beaucoup de talent», a indiqué Ramsay.

«Il reste beaucoup de petites choses à travailler, mais le talent de base, il est là», a ajouté l’entraîneur chevronné.

Puisque le public québécois est mordu de hockey, Ramsay a utilisé une comparaison très parlante pour décrire le potentiel du jeune homme, qui a été champion du monde junior.

«C'est un peu comme si on repêchait Alexis Lafrenière, mais dans le midget AAA, et non pas dans le junior majeur, a-t-il imagé. Il y a une certaine zone où ne l'a pas vu évoluer avec des hommes encore, mais une chose est sûre, le talent était là. C'était vraiment un coup de maître de le mettre sous contrat.»

Villalobos représentera un défi intéressant qui a tout pour faire progresser le jeune homme.

«On a un adversaire assez complexe, un bon boxeur, un gars qui cogne assez dur, a expliqué Ramsay. Il a une bonne défensive, il bouge beaucoup, alors c’est une problématique globale qui est assez évidente pour Sadriddin. Il y aura beaucoup de choses qu’il devra solutionner et c’est un peu l’objectif du combat.»

Le principal intéressé, qui mesure bien sa chance de pouvoir travailler avec l’entraîneur, ne laisse rien au hasard.

«Je suis en grande forme, a-t-il assuré. Je suis le plan à la lettre et le camp d'entraînement a été très intense. Je prends ce combat très au sérieux.»

Voyez le reportage complet de Nancy Audet dans la vidéo ci-dessus.