LNH

Bill Peters brise le silence

Publié | Mis à jour

Au cœur d’une controverse entourant des propos racistes tenus par le passé, l’entraîneur-chef des Flames de Calgary Bill Peters a décidé de briser le silence, mercredi soir.

Un courriel de Peters destiné au directeur général Brad Treliving a circulé sur les réseaux sociaux.

L’entraîneur-chef des Flames aurait lui-même envoyé une copie de ce courriel à différents journalistes.

«Accepte cette lettre comme une excuse sincère à toi et à toute l’organisation des Flames de Calgary, pour l’utilisation d’un langage offensant dans mes fonctions professionnelles il y a une décennie, a-t-il écrit. Je sais que mes commentaires ont causé de la colère et de la déception et je comprends pourquoi. Bien que c’était un incident isolé et un incident que j’ai regretté immédiatement, je prends la responsabilité pour ce que j’ai dit.»

«La déclaration avait été faite dans un moment de frustration et ne reflète pas mes valeurs personnelles», a-t-il ajouté.

Peters, qui n’était pas derrière le banc des Flames pour un match contre les Sabres à Buffalo mercredi soir, a été dénoncé par son ancien joueur Akim Aliu, plus tôt cette semaine. Alors que les deux hommes étaient avec les IceHogs de Rockford, club-école des Blackhawks de Chicago, aurait utilisé un terme inapproprié, en lien avec la couleur de sa peau, en s’adressant à Aliu.

«En marchant avant un entraînement matinal d’avant-match, il a dit : "Hé Akim, je suis fatigué que tu fasses jouer cette musique de n...," a précisé le joueur natif du Nigeria, dans une entrevue accordée au réseau TSN, mardi. Ensuite, il a quitté comme si rien ne s’était passé. On pouvait entendre une mouche voler, tout était devenu soudainement silencieux. Je me suis simplement assis devant mon casier et je n’ai pas dit un mot.»

Depuis la sortie d’Aliu, l'ancien défenseur Michal Jordan y est à son tour allé de révélations troublantes au sujet de Peters, lui reprochant de s'en être pris physiquement à lui ainsi qu'à d'autres joueurs.

«Je ne souhaite jamais de mal à autrui, mais tu mérites ce qui t’arrive, Bill. Après plusieurs années de travail pour atteindre la LNH, j’ai côtoyé le pire entraîneur qui soit, et de loin. Il m’a asséné des coups de pied et a donné des coups de poing à d’autres pendant les matchs», a écrit Jordan sur Twitter, mardi.

«Puis, il prétendait que rien n’était arrivé. [...] Je ne pouvais pas en croire mes yeux. Cela pouvait arriver dans la meilleure ligue. Je suis heureux de ne plus avoir à vivre ce genre de truc quotidiennement.»

L’organisation des Flames n’a pas cru bon de congédier Peters dans l’immédiat, mais a plutôt ouvert une enquête sur la situation.

«J’apprécie l’examen approfondi mené par les Flames, c’est la bonne chose à faire et je supporte pleinement cette action», a conclu l’entraîneur-chef dans son message d'excuses.