Canadiens de Montréal

«Ce n'est pas qu'on a été affreux, mais...»

Publié | Mis à jour

Le visage long, Claude Julien n’a pu que constater les dommages assez froidement auprès des médias après le revers de 8-1 encaissé par les Canadiens de Montréal aux mains des Bruins de Boston, mardi au Centre Bell.

Hormis cinq minutes d’intensité en début de rencontre, lors desquelles les joueurs du CH ont dominé les Bruins 6-1 au chapitre des lancers, l’entraîneur-chef a assisté à un effondrement en bonne et due forme.

Les deux buts des visiteurs en supériorité numérique marqués en première période et le filet compté huit secondes après le début de la deuxième ont été les plus douleurs pour le Tricolore.

«J’ai trouvé qu’on a quand même bien sorti en début de match, a commenté Julien. Les deux punitions ont été coûteuses. En désavantage numérique, on n’a pas sorti la rondelle quand on en a eu la chance.

«En première période, on  a donné trois chances de marquer : ils ont marqué sur les trois chances.»

«Pas qu’on a été affreux, mais ce qu’on a donné a été coûteux. Après le but en deuxième période, c’est là que ça s’est effondré. On n’a pas été assez fort mentalement.» - Claude Julien

Pour une première fois en 112 rencontres, Carey Price a été retiré d’un match de la Ligue nationale de hockey (LNH), quand il a concédé le cinquième but des Bruins, sur 11 lancers. Le gardien-vedette a accordé neuf buts sur les 28 derniers tirs auxquels il a fait face.

«On connaît Carey, il est capable d’être meilleur, a reconnu Julien. Ce n’est pas sa faute, mais on ne peut pas dire qu’il a été excellent non plus.»

Voyez le point de presse de l’entraîneur-chef dans la vidéo ci-dessus.