LHJMQ

Sévère suspension pour Mikaël Robidoux

Roby St-Gelais

Publié | Mis à jour

L’attaquant des Cataractes de Shawinigan Mikaël Robidoux est enfin fixé. La Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) a suspendu le fougueux patineur pour 10 matchs pour avoir donné de la bande le 17 novembre dernier contre l’Océanic de Rimouski.

Si plusieurs croyaient que les autorités du circuit Courteau seraient plus sévères à l’endroit du joueur au dossier disciplinaire bien garni, ils seront déçus d’apprendre qu’il reviendra au jeu le 14 décembre prochain contre le Phoenix de Sherbrooke.

Sa précédente sanction, en octobre 2018, alors qu’il portait les couleurs des Remparts de Québec, avait totalisé 15 rencontres pour une mise en échec à l’endroit de Xavier Simoneau, des Voltigeurs. À la fin de son purgatoire, il aura regardé 36 matchs du haut des gradins pour des gestes répréhensibles.

Suspendu indéfiniment depuis mercredi dernier, Robidoux avait asséné une mise en échec par-derrière au défenseur Antoine Leblanc au début de la troisième période d’une rencontre présentée au Colisée Financière Sun Life.

Poussé «dangereusement»

Le directeur du département de la sécurité des joueurs, Éric Chouinard, a rendu sa décision après avoir pris en compte plusieurs éléments, incluant le fait que le patineur de 20 ans soit un récidiviste en matière de coups dangereux.

«Après avoir parcouru une bonne distance, le joueur de Shawinigan était en échec-avant et avait le dos de son adversaire bien en vue. Le joueur fautif n’a pas fait l’effort nécessaire pour minimiser la force de l’impact au contact physique. Le joueur de Rimouski a été propulsé dangereusement dans la bande», a-t-il expliqué par voie de communiqué ainsi que dans une vidéo sur le site Internet de la LHJMQ.

Les Cataractes se sont rangés derrière le verdict de l’autorité supérieure tout en rappelant par l’entremise de leur directeur général Martin Mondou que leur joueur avait peaufiné son style de jeu robuste dans la dernière année.

«Oui, il a fait un faux pas, mais il y a plusieurs éléments clés, comme le fait qu’il arrête de patiner au haut des cercles. On lui avait dit de ne pas frapper quand les pieds du joueur sont vers la bande, les pieds tournent, mais il a le numéro devant lui [...]

«On espère qu’il va revenir dans son identité avec un élément de conscience de plus. Il doit encore apprendre parce que la ligne est présentement mince à la ligue pour lui. Cela dit, ça fait un an qu’il est plus responsable tout en jouant physique et en amenant de l’énergie et on va continuer à travailler avec lui», a-t-il déclaré en entrevue au Journal.

Amateurs mécontents

Dans les heures suivant l’annonce de la suspension, plusieurs internautes ont déploré la clémence de la LHJMQ envers le récidiviste, certains exigeant même son exclusion des patinoires du circuit Courteau.

«Il y a beaucoup de gens qui disent ça qui ne l’ont pas vu jouer et c’est totalement logique parce qu’il a dépassé les lignes, mais en même temps, le jeune a fait du progrès. Un joueur qui joue physique et qui a une suspension par année, c’est assez normal que ça arrive. Il ne souhaite absolument pas blesser un joueur», a plaidé Mondou.