Canadiens de Montréal

Sentiment d'urgence recherché

Publié | Mis à jour

BROSSARD - Malgré sa séquence de quatre revers au cours de laquelle il est parvenu à engranger deux points, le Canadien occupe toujours la troisième place de la division Atlantique. Sauf qu’il commence à sentir une légère brise dans son cou.

Les Maple Leafs, ressuscités depuis le congédiement de Mike Babcock, et le Lightning, qui semble enfin vouloir prendre son erre d’aller, s’approchent dangereusement.

«On regarde le classement tous les jours. On sait que chaque équipe de notre division est une bonne équipe. Quand tu ne récoltes pas de point, la dégringolade peut être rapide», a lancé Brendan Gallagher.

«Par contre, il est trop tôt pour s’attarder à ce que font les autres équipes. L’important, c’est de s’occuper de nous-mêmes et de nous assurer de récolter des points, a-t-il ajouté. Il faut absolument freiner cette série de revers.»

Et il faudra s’y mettre plus tôt que tard.

À juste titre, l’Albertain a rappelé que l’équipe avait subi un creux de vague semblable, à pareille date, l’an dernier. Du 19 au 27 novembre, le Canadien s’était incliné cinq fois de suite, dont deux fois en prolongation. Il avait rebondi avec six gains dans les huit matchs suivants.

Un sentiment d’urgence?

Un beau retour sur les rails, sauf que lorsque tu rates les séries par trois points, c’est le genre de séquence qui fait mal.

Voilà pourquoi lorsqu’on lui demande où il croit situer le sentiment d’urgence de ses joueurs, Claude Julien répond : «Il doit être meilleur que ce qu’il est présentement. On aurait dû l’avoir lors du dernier match. Ce qui était frustrant, c’est qu’on a vu que les Rangers s’étaient présentés pour jouer.»

Bref, le bourbier dans lequel il s’enlise depuis une semaine pourrait être fatal si le Canadien ne parvient pas à s’en sortir rapidement. Préférant aborder la situation de façon positive, Gallagher soutient que l’occasion est belle pour ses coéquipiers et lui de démontrer leur force de caractère.

«Je ne suis pas inquiet. C’est le genre de situation avec laquelle il faut composer au cours d’une saison. J’espère que notre groupe est suffisamment mature pour se relever. C’est le moment de voir sur qui on peut compter», a-t-il dit.

Kotkaniemi frustré

Par ailleurs, Julien a dit comprendre dans quel état d’esprit peut se trouver Jesperi Kotkaniemi, présentement. Depuis le début de la saison, on fait grand état du fait qu’il ne semble pas aussi à l’aise que l’an dernier.

En grande partie responsable du but gagnant des Rangers, samedi, le Finlandais n’a pas noirci la feuille de pointage depuis le 19 octobre. En 16 matchs, il a inscrit seulement deux buts, dont le dernier le 9 octobre.

«C’est certain qu’il ressent de la frustration. Il veut bien faire. Son niveau de confiance n’est pas où il devrait être. C’est compréhensible, il a seulement 19 ans, a fait valoir l’entraîneur. Des joueurs plus vieux qui ont déjà vécu ce genre de situation savent comment les aborder. Lui, c’est la première fois que ça lui arrive.»

«On essaie de l’aider en lui montrant certaines choses et en lui disant de demeurer positif et de travailler fort. Plus il se frustre, plus la situation s’envenime», a-t-il ajouté.