Canadiens de Montréal

Moment mal choisi pour un passage à vide

Publié | Mis à jour

La deuxième moitié de novembre devait être une portion avantageuse du calendrier pour le Canadien. Sur sept rencontres, six ont lieu à domicile et cinq sont disputées contre des formations qui en arrachent depuis le début de la campagne. Or, après trois de ces matchs, le Tricolore n’a récolté que deux points.

«On jette un coup d’œil au classement tous les jours. On est content de la position qu’on occupe présentement, mais les points qu’on a échappés pourraient finir par coûter cher. Ce sont des points que nous avons échappés contre des équipes qui se trouvent derrière nous», a convenu Victor Mete jeudi, après un entraînement facultatif auquel n’ont participé que Mike Reilly, Christian Folin et Keith Kinkaid.

Parlant de Kinkaid, on peut se demander quand il verra de l’action à nouveau. Normalement, il aurait dû obtenir le départ contre les Sénateurs, mercredi. Toutefois, conscient de l’importance de chacun des points et voulant maximiser les chances de son équipe d’en ajouter deux, Claude Julien a préféré revenir avec Carey Price, même si ce dernier avait joué la veille à Columbus.

Pour les mêmes raisons, et surtout parce que le calendrier sera bien aéré au cours des prochains jours, on peut se demander si la prochaine soirée de travail du gardien américain ne sera pas le 6 décembre au Madison Square Garden.

Il est vrai que le Tricolore disputera deux matchs en autant de jours, le week-end précédent. Il recevra les Flyers le samedi après-midi et rendra visite aux Bruins le lendemain soir. Il ne s’agit donc pas de la formule « dos à dos » habituelle. Et un vol pour Boston dure à peine une heure...

Des chances à la tonne

Toutefois, que ce soit Price ou Kinkaid devant le filet, la troupe de Julien aura de la difficulté à mettre un terme à sa séquence de trois matchs sans victoire s’il ne retrouve pas le fond du filet.

«À chacun des deux derniers matchs, nous avons obtenu plus d’occasions de marquer que l’adversaire. Il faut savoir en profiter. À Columbus, on a eu trois ou quatre échappées. Mercredi, les quatre trios ont eu des occasions. Charles (Hudon) a frappé le poteau, KK (Jesperi Kotkaniemi) a connu son meilleur match», a fait valoir Nick Cousins.

D’ailleurs, les Sénateurs ont fait comme les Devils et les Blue Jackets avant eux : ils ont comblé un écart avant de se sauver avec la victoire.

«Quand on prend l’avance, il faut être en mesure de l’accroître. On est capable de faire mieux de ce côté», a-t-il poursuivi.

On se calme

Bon, il n’y a pas de quoi paniquer. Après tout, le Canadien peine à marquer depuis seulement deux rencontres.

Même Joel Armia, qui n’a fait bouger les cordages qu’une seule fois à ses 10 derniers matchs, n’est pas nerveux.

«Que faudrait-il faire pour que vous marquiez plus de buts, Joel ?»

«Bien, simplement marquer plus de buts, a-t-il répondu. On n’a qu’à continuer à travailler et ça va venir.»

D’ailleurs, Cousins a rappelé avec justesse que le Canadien a prouvé, depuis le début de la campagne, qu’il est en mesure de toucher la cible.

«Pas seulement les attaquants. Nos défenseurs se sont également impliqués en appuyant l’attaque et en produisant en avantage numérique.»

Bon point. Le Canadien arrive à égalité avec les Capitals au sommet de la LNH avec 52 buts inscrits à 5 contre 5. Quant aux arrières du CH, ils ont marqué 15 buts. Seuls ceux des Capitals (18) ont fait mieux.