Canadiens de Montréal

Claude Julien change d'idée au sujet de Max Domi

Publié | Mis à jour

Marc Bergevin imagine fort probablement Max Domi à l’aile gauche dans sa vision à long terme de son équipe. Avec Phillip Danault, Nick Suzuki, Jesperi Kotkaniemi et Ryan Poehling, le Canadien misera sur une ligne de centres intéressante dans le futur.

Mais le futur ne rime pas toujours avec le présent. Il faudra attendre avant de déplacer Domi à l’aile. Comme il faudra attendre avant de revoir Poehling à Montréal.

Le CH a tenté l’expérience en plaçant Domi à l’aile gauche lors des trois derniers matchs. Avec la blessure à Jonathan Drouin, Claude Julien cherchait un remplaçant sur le flanc gauche au sein du deuxième trio. Il a confié cette mission à Domi. Mais il n’y a jamais eu de magie.

On sentait Domi frustré de revenir à l’aile gauche, même si c’est à cette position qu’il jouait avec les Coyotes de l’Arizona et les Knights de London dans la Ligue junior de l’Ontario.

Un nouveau trio

Après trois petits matchs, Julien a changé son fusil d’épaule et il a replacé Domi au centre de son deuxième trio avec Artturi Lehkonen à sa gauche et Nick Suzuki à l’aile droite.

S’il avait la «baboune» au cours des derniers jours, le fils de Tie se réjouissait à l’idée de revenir au milieu.

«Oui, je suis heureux, a-t-il répondu. Encore une fois, ça ne fait pas une grande différence, mais j’aime jouer au centre. Je peux encore plus profiter de ma rapidité. Ce n’est pas que je ne peux plus jouer à l’aile. Avec un gars comme “Suzi”, nous devenons des centres hybrides. Les deux joueurs peuvent prendre des mises en jeu.»

Acquis des Coyotes au mois de juin 2018 en échange d’Alex Galchenyuk, Domi avait toujours joué au centre sous les couleurs du CH avant la blessure au poignet gauche de Drouin.

«J’ai seulement joué trois matchs à l’aile, a-t-il rappelé. Je n’ai pas eu le temps de retrouver mon rythme. Quand ça fait plus de 100 matchs que tu joues à la même position, on parle d’une longue période. S’il y a un autre moment où je dois jouer à l’aile, je trouverai une façon de m’ajuster pour aider l’équipe. Pour l’instant, je suis de retour au centre et je suis heureux avec ce changement.»

Plus efficace au centre

Julien a fait un constat assez rapide avec Domi. À ses yeux, il était préférable de le remplacer à l’aile gauche.

«Max Domi ne patine pas aussi bien que lorsqu’il est au centre, a-t-il dit. C’est surprenant puisqu’il a passé la majorité de sa carrière à l’aile. Il a peut-être découvert en jouant au centre, l’an passé, qu’il était capable d’exploiter sa vitesse d’une bonne façon, alors on a voulu le remettre au centre. On tasse Suzuki, qu’on aime aussi au centre, mais c’est un gars qui s’adapte bien à l’aile. Ils peuvent changer de position aussi en zone défensive, que ce soit pour des mises au jeu ou des responsabilités défensives. Deux gars qui sont capables de faire le travail.»

Julien a rejeté l’hypothèse voulant que Domi boudait au cours des derniers jours.

«Non, absolument pas, a répliqué l’entraîneur en chef. Il y avait zéro frustration de ce côté-là. Avec les blessures à Paul Byron, un gars qui patine bien, et Jonathan Drouin, qui était notre meilleur compteur, il faut trouver le moyen de compenser ces pertes en donnant la chance à nos joueurs d’être à leur meilleur. Max Domi, de ce que j’ai vu, est meilleur au centre qu’à l’aile.»

Des chiffres modestes

Il y a un an, Domi vivait un départ fabuleux à Montréal. Après 22 matchs, il trônait au sommet des marqueurs chez le CH avec 26 points (11 buts, 15 passes). Cette année, l’Ontarien de 24 ans connaît une chute importante au niveau de sa production offensive avec 13 points (4 buts, 9 passes) en 22 rencontres.

«Il n’y a pas de doute que je peux en faire plus, a-t-il affirmé. C’est mon but. Je ne produirai pas à tous les matchs, je sais qu’il y aura des périodes plus sombres, des léthargies. Ça fait partie du hockey. Je dois trouver des façons de m’en sortir. Il n’y a pas de doute dans mon esprit que je peux mieux jouer, autant offensivement que défensivement. Je chercherai à faire un pas dans le bon chemin dès le prochain match.»

«J’aime mieux voir ça comme une occasion de montrer ce que j’ai dans le ventre, a-t-il enchaîné. Je souhaite montrer mon véritable caractère, c’est dans des périodes difficiles qu’il doit ressortir.»