Crédit : DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QUEBEC

LHJMQ

Patrick Roy : «Notre cerveau était au ralenti»

Publié | Mis à jour

Félix Bibeau n’en est pas à ses premiers pas comme capitaine d’un club de hockey cette saison dans l’uniforme des Remparts. Il avait assumé cette responsabilité à Châteauguay dans les rangs midget AAA il y a quelques années à 16 ans. Malgré son expérience, ça ne l’empêche pas d’apprendre encore les rudiments du métier.

Si tout baigne dans l’huile pour le vétéran de 20 ans depuis le début de la saison quand on regarde sa fiche de 15 buts et 13 mentions d’aide en 23 rencontres, Bibeau estime s’être peut-être un peu trop concentré à sa tâche de capitaine alors que les Remparts traversent actuellement une période creuse de cinq défaites d’affilée.

«En tant que capitaine, j’ai fait une prise de conscience après le match à Baie-Comeau [de samedi passé]. Je n’étais pas satisfait de mon match et on dirait que je pensais un peu trop à l’équipe alors que je ne regardais pas assez comment je jouais.

«À Chicoutimi, j’ai commencé par bien jouer et d’être un bon modèle à suivre. Si je fais ça, ça va amener les gars et l’équipe dans la bonne direction», a pointé celui qui a soulevé la coupe du Président et la coupe Memorial le printemps dernier avec les Huskies de Rouyn-Noranda.

Roy en accord

Bibeau est conscient que chacun de ses actes peut influencer l’ensemble de ses coéquipiers. Il ne veut surtout pas que ceux-ci s’enfoncent dans une spirale négative alors que l’équipe peine à coller des victoires depuis deux semaines.

«Si je suis négatif et aussitôt qu’ils [les joueurs adverses] prennent l’avance, j’ai une mauvaise attitude, ça va en amener avec moi dans le mauvais sens. Je dois me concentrer plus sur moi plutôt que de vouloir gérer toute l’équipe. Si ça va bien pour moi, ça va juste aider l’équipe à aller mieux», a expliqué l’espoir des Islanders de New York.

Mis au parfum des propos de son capitaine, Patrick Roy comprenait le sentiment que son joueur pouvait éprouver.

«Être capitaine d’une équipe de hockey, ça ne veut pas dire qu’il faut que tu transportes l’équipe sur tes épaules à toi tout seul. Je pense que Félix sentait à un moment donné qu’il ressentait cette pression.

«Des fois, quand on pogne le fond du baril, il a réalisé, en même temps, que ses performances montrent l’exemple et le déclic s’est fait à ce niveau», a souligné l’entraîneur-chef et directeur général des Diables rouges, rappelant que Bibeau était son «meilleur attaquant» depuis le début de la campagne.

Cela a d’ailleurs éveillé un souvenir dans la tête de l’ancien gardien étoile du Canadien et de l’Avalanche alors qu’il évoluait au Colorado.

«Au Colorado, [Joe] Sakic, c’était probablement celui qui était le moins volubile dans le vestiaire, mais quand il jouait la game, il la jouait de la bonne façon», s’est rappelé Roy au sujet de celui qui a porté le «C» pendant 17 saisons dans la LNH à Québec et à Denver.

Moins actif aux Fêtes

Hyperactif sur le marché des transactions à la période des Fêtes, l’an dernier, Roy prévoit être plus tranquille cette année. Les équipes pourront transiger à partir du 15 décembre.

«Je ne m’attends pas à grand-chose. [...] Cette année, s’il y a quelque chose qu’on peut faire pour améliorer l’équipe, on va toujours le faire [...] Mais il est trop tôt pour commencer à spéculer.»

Roy veut un bon départ

Les Remparts tenteront d’engranger une première victoire au Centre Vidéotron depuis le 26 octobre en accueillant les Cataractes, vendredi soir, ceux-là mêmes qu’ils avaient battus 3-2 lors de ce samedi après-midi.

La bande de Patrick Roy cherchera non seulement à gâter enfin ses partisans, mais elle voudra aussi mettre un terme à sa série de cinq revers consécutifs (0-4-0-1) contre un club qui n’a remporté que trois de ses 11 rendez-vous sur les patinoires étrangères.

Les Remparts affronteront ensuite samedi les Tigres, à Victoriaville, avant de se mesurer à domicile aux Islanders de Charlottetown pour compléter cette séquence de trois matchs en autant de jours.

«Ça ne donne rien de penser à l’Île-du-Prince-Édouard ou à Victoriaville. Il faut se concentrer sur les cinq premières minutes du match contre Shawinigan en espérant qu’on va bien partir le match et de bâtir une confiance au fur et à mesure que le match va avancer», a-t-il dit à l’issue de l’entraînement, jeudi au Pavillon de la jeunesse.

Carmine-Anthony Pagliarulo obtiendra les deux premiers départs tandis qu’Emerik Despatie affrontera les tirs des Islanders.

L’attaquant de 16 ans, Hugo Audette, sera rappelé du midget AAA en raison des nombreux cas à l’infirmerie.

Bien que le défenseur Nicolas Savoie (dos) espérait renouer avec l’action, il devra passer son tour, à tout le moins vendredi soir, lui qui ne pouvait recevoir de contacts jeudi matin.

«Cerveau au ralenti»

Roy a d’ailleurs dû reprendre ses joueurs à quelques reprises pendant l’entraînement puisqu’il n’aimait pas ce qu’il voyait lors des exercices collectifs.

«Je sentais que notre exécution et notre cerveau étaient un peu au ralenti [...] Notre cerveau était comme au ralenti, c’était pas mal évident, mais plus ça avançait, mieux on bougeait.

«Pour moi, c’est positif. Dans les cinq premières minutes contre Shawi, il faudra simplifier notre jeu, prendre les bonnes décisions et bâtir notre confiance, graduellement.»

Confiance qui, pour l’heure, est chancelante à l’amphithéâtre de Limoilou.