Crédit : Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC

Boxe

Une nouvelle voix pour Mikaël Zewski

Publié | Mis à jour

Depuis sa défaite contre Konstantin Ponomarev en 2015, Mikaël Zewski cherchait un entraîneur afin de donner un coup de main à son père Jean Zewski pour la suite de sa carrière. Il l’a finalement trouvé: Sébastien Gauthier.

L’ancien boxeur s’est joint aux deux Trifluviens au début de l’année.

«Tout a commencé alors que Marie-Pier Houle était entraînée par mon père dans les rangs amateurs, a raconté Mikaël Zewski (33-1, 22 K.-O.) après la conférence de presse mercredi. Puis, elle a déménagé à Montréal où elle a commencé à s’entraîner avec Sébastien.

Sébastien et mon père ont été obligés de travailler ensemble et la chimie s’est installée de façon naturelle. Sébastien a commencé à s’impliquer de plus en plus avec nous et il apportait des choses intéressantes.»

Zewski n’est pas le premier à ajouter une nouvelle voix au sein de son équipe. Au cours des dernières années, Steven Butler et Yves Ulysse jr ont fait la même chose.

«La clé pour continuer de s’améliorer, c’est de demeurer ouvert d’esprit, a ajouté le boxeur de 30 ans. Tous les entraîneurs au monde ont quelque chose à m’apprendre.

Ça fait 20 ans que moi et mon père sommes ensemble. On a fait le tour. Mon père continue de s’améliorer. Un deuxième point de vue dans le coin, ça ne peut être que bénéfique.»

Gauthier donne un coup de main dans la gestion des séances d’entraînement et des adversaires qui viennent mettre les gants avec Zewski. Il s’occupe également d’une partie de la gestion du camp d’entraînement.

Dans le top 5 ?

Zewski est présentement classé huitième par la World Boxing Organisation (WBO) chez les 147 lb. Avec un gain contre le Mexicain Alejandro Davila (19-0-2, 7 K.-O.), il se croise les doigts pour percer le top 5 de cet organisme de sanction.

Depuis plusieurs années, le Trifluvien aimerait obtenir un combat de championnat du monde. Cependant, il est bien conscient qu’il devra obtenir cette faveur en devenant aspirant obligatoire.

«C’est le chemin qu’on prend. J’ai l’impression de faire quelque chose pour forcer les choses. Je n’attends pas d’avoir une offre miracle qui arrive de quelque part, a-t-il expliqué.

Je ne veux pas un tel duel parce que mon nom a été pigé dans un chapeau. Après samedi, j’aimerais bien qu’on vise un combat éliminatoire pour la suite.»

Il ne cache pas qu’il aimerait en découdre avec le champion WBO Terence Crawford (35-0, 26 K.-O.). Zewski croit même qu’il a les outils pour le vaincre. Il espère seulement qu’il pourra obtenir sa chance.