LNH

Un menu bien rempli pour les directeurs généraux

Publié | Mis à jour

La rencontre des directeurs généraux de la Ligue nationale de hockey (LNH) prévue mardi à Toronto constituera une occasion pour les participants de discuter de divers sujets, dont les hors-jeux, souvent problématiques quand vient le temps de revoir des séquences vidéo pendant les matchs.

La discussion se voudra une sorte de préambule aux réunions annuelles de mars 2020 et d’après le site NHL.com, qui a cité le commissaire Gary Bettman, les DG devraient aborder le cas des hors-jeux contestés par les entraîneurs. Deux ans auparavant, ils avaient décidé de ne rien modifier aux règlements après avoir argumenté sur la possibilité d’ajouter un amendement.

Ce dernier aurait permis au joueur ayant franchi avec un de ses patins la surface verticale plane de la ligne bleue adverse d’être considéré en jeu, et ce, peu importe si ledit patin se trouve ou non en contact physique avec la ligne. Or, le sujet a de bonnes chances de revenir au cœur des entretiens, selon Bettman.

«Il faut s’assurer que tout le monde estime que nous allons dans la direction voulue. Pour cela, on doit clarifier certains trucs, a-t-il dit au site officiel de sa ligue. Je sais que des discussions sont nécessaires, puisque des DG ont demandé à parler des hors-jeux.»

«Ce qui est intéressant ici, c’est que les plaintes disent qu’il s’agit d’un cas bien précis de hors-jeu. Ce n’est pas la reprise vidéo qui est le problème ici, mais plutôt la règle. Les séquences vidéo ont tout bon. Je ne suis pas certain que nous pouvons mieux faire, mais nous en parlerons», a enchaîné le dirigeant.

Toujours d’après NHL.com, les DG pourraient avoir droit à des mises à jour relatives aux changements en vigueur cette saison. Parmi les modifications les plus visibles, la pénalité imposée à l’équipe n’ayant pas eu gain de cause sur un appel concernant un but compté sur un hors-jeu potentiel a fait jaser.

Aussi, ces nouveautés ont incité moins d’entraîneurs à demander une révision, comparativement à l’an passé : en date de lundi, 40 reprises en 315 matchs ont été recensées. En 2018-2019, ce total était de 59 pour le même nombre de parties. Cette saison, 23 décisions des arbitres ont été renversées à la suite du visionnement de la vidéo, ce qui représente un pourcentage de 58 %. Un an auparavant, cette proportion était de 32 %.