2018 Bridgestone NHL Winter Classic - New York Rangers v Buffalo Sabres

Crédit : AFP

LNH

Nathan Beaulieu a vécu un vrai cauchemar

Publié | Mis à jour

Après avoir connu la misère à Buffalo, Nathan Beaulieu ne pourrait être plus heureux d’appartenir aujourd’hui à une formation comme celle des Jets de Winnipeg.

Dans une longue entrevue publiée mardi par le site web The Athletic, l’ancien joueur du Canadien de Montréal a raconté à quel point la saison et demie passée avec les Sabres, de 2017 à 2019, l’avait affecté. La formation de Buffalo croupissait alors dans les bas-fonds du classement et arrivait difficilement à acheter des victoires. À plusieurs reprises, Beaulieu a demandé à être échangé.

«Je n’étais pas dans une bonne situation. J’ai essayé de me sortir de là plusieurs fois et ça ne se produisait pas», a expliqué le défenseur de 26 ans.

«J’avais joué avec de bonnes équipes à Montréal : on avait fait les séries éliminatoires à toutes les années, sauf une. Ensuite, je me suis retrouvé à l’opposé total pendant deux années. Ça teste ta volonté et ton amour du jeu, c’est certain.»

Tout comme Ryan O’Reilly, que les Sabres ont finalement accepté d’échanger aux Blues de St. Louis à l’été 2018, Beaulieu n’en pouvait plus de perdre.

«Tu te mets à te questionner sur beaucoup de choses. Je sais que nous [les joueurs de hockey] avons une vie formidable, mais si tu ne l’apprécies pas, ça devient difficile et il y a des jours sombres.»

«Tout l’argent du monde n’aurait pas pu arranger la situation. Mentalement, c’était trop dégradant.»

Une libération

Lorsque son agent l’a informé qu’il avait été échangé aux Jets de Winnipeg en février dernier, Beaulieu s’est senti revivre.

«J’espérais que ça arrive bien avant [l’échange]. J’ai reçu l’appel 20 minutes après la limite des échanges. Je pensais que j’étais pris [à Buffalo]. J’étais extrêmement excité de m’en aller à Winnipeg. C’était une bénédiction. Ils m’ont donné une belle opportunité dès mon arrivée.»

Après avoir raté les 15 premiers matchs de la présente saison en raison d’une blessure dont la nature n’a pas été divulguée, Beaulieu est maintenant déterminé à faire sentir sa présence.

«Je veux m’impliquer davantage et j’y arrive tranquillement. Ce n’est pas facile même si je sais ce que c’est de revenir d’une blessure. L’équipe va bien donc ça facilite mon travail», a expliqué l’Ontarien, que l’entraîneur-chef Paul Maurice est bien heureux de compter dans sa formation.

«Certains joueurs cadrent, tout simplement. Il cadre avec notre style de jeu, a dit Maurice. Il est rapide, robuste et défend ses coéquipiers. C’est un bon joueur pour nous.»