Lukas Vejdemo

Photo : Lukas Vejdemo Crédit : PIerre-Paul Poulin / JdeM

Canadiens de Montréal

L'éclosion inattendue d'un espoir du CH

Publié | Mis à jour

Lukas Vejdemo s’est établi comme un pilier offensif cette saison chez le Rocket de Laval. Et c’est en trouvant l’équilibre à l’extérieur de la patinoire qu’il est parvenu à le faire.

«J’ai grandi en Suède et j’ai joué là-bas jusqu’à ce que je déménage au Canada, a-t-il raconté en entrevue au site The Athletic. Ça a été un gros changement, mais c’est beaucoup plus facile cette année. Je connais les gars, l’entraîneur, la patinoire, la ville. Je vis à la même place que l’an dernier. Je me sens davantage à la maison. En plus que ma copine est ici maintenant.»

L’arrivée de sa copine Lina a en effet permis à l’athlète de se sentir moins isolé, comme c’est souvent le cas pour les athlètes étrangers.

«L’année dernière, je me sentais un peu seul, a reconnu le joueur de 23 ans. C’est plus le fun depuis qu’elle est ici. Ça me permet de décrocher du hockey et je crois que c’est important aussi.»

Vejdemo s’est également inscrit à un cours de marketing en ligne, ce qui lui permet aussi de penser à autre chose qu’au hockey.

«C’est bien de penser à autre chose. Ça m’aide. Je me sens plus à l’aise à l’extérieur de la patinoire que l’an dernier.»

Les résultats au rendez-vous

Ces changements ont permis au jeune suédois de prendre confiance et de s’imposer davantage sur la glace. Après 18 matchs, il est le meilleur pointeur du Rocket avec Alex Belzile grâce à sa production de 12 points (6 buts, 6 aides).

L’entraîneur-chef de la formation lavalloise Joël Bouchard se réjouit de l’éclosion de son joueur.

«J’aime Lukas, a-t-il lancé en entrevue à The Athletic. Il a fait ses devoirs cette année et on ne doit jamais sous-estimer à quel point c’est difficile de s’adapter au style de jeu nord-américain. Lukas fait partie de ces gars pour lesquels je ne me préoccupe pas trop. Il est vraiment honnête à propos de son jeu.»

«J’ai été vraiment dur avec lui l’an dernier, a poursuivi Bouchard. Je lui en ai demandé beaucoup. Cette année, il a plus d’expérience, et il sait à quoi s’attendre de moi. Lorsqu’il commet une erreur, je n’ai qu’à le regarder et je sais qu’il le regrette. C’est ce qui fera qu’il connaîtra du succès.»