<<STORY SLUG>>

Crédit : Craig Glover/The London Free Pre

LNH

Temple de la renommée : à qui le tour l’an prochain?

Publié | Mis à jour

La soirée d’intronisation des nouveaux membres du Temple de la renommée du hockey constitue l’occasion de songer déjà à ceux ayant des chances d’y accéder l’an prochain.

Voici une présentation de certains noms qui risquent d’être gravés à jamais à l’intérieur des murs du Panthéon et qui rappelleront de bons et moins bons souvenirs aux amateurs de hockey, toutes allégeances confondues.

-Jarome Iginla

Aux yeux de plusieurs, l’ancienne vedette des Flames de Calgary apparaîtra comme un incontournable à sa première année d’admissibilité. Même s’il n’a jamais soulevé la coupe Stanley, il possède des arguments de taille : 625 buts, 1300 points, deux trophées Maurice-Richard et un Art-Ross, entre autres. Sa carrière de 1554 matchs ponctuée de deux saisons de 50 buts ou plus parle d’elle-même. Sur la scène internationale, il compte deux médailles d’or olympiques à son actif. Les portes du Temple devraient s’ouvrir devant lui en 2020.

-Daniel Alfredsson

Le Suédois est un autre joueur s’étant illustré longuement sans toutefois gagner la coupe Stanley. L’ex-capitaine des Sénateurs d’Ottawa a mis la main sur le trophée Calder en 1996 et revendique aussi le King-Clancy et le Mark-Messier dans sa maison. Surtout, il a amassé 1157 points, dont 444 filets, en 1246 affrontements. À défaut d’avoir enlevé les grands honneurs dans la Ligue nationale, il a obtenu l’or et l’argent aux Jeux olympiques.

-Vincent Lecavalier

Le Québécois possède une bague de la coupe Stanley, contrairement aux deux hommes évoqués auparavant. Certes, il a bien fait en attaque avec 949 points en 1212 sorties, mais les dernières années de sa carrière ayant pris fin en 2016 n’ont pas été glorieuses. Vainqueur du Maurice-Richard en 2006-2007 grâce à 52 buts, il pourrait rejoindre son ancien comparse du Lightning de Tampa Bay Martin St-Louis dans l’immortalité.

-Jeremy Roenick

Le temps commence à presser pour «JR», admissible depuis 2012. Comme quelques autres, l’absence de championnats signés Lord Stanley risque de jouer contre lui. De plus, il n’a rien récolté au plan collectif sur la scène internationale. En 20 ans, l’Américain a touché la cible 513 fois et totalisé 1126 points, en plus d’être invité neuf fois à la classique des étoiles. Il faut souligner ses trois campagnes consécutives de 100 points et plus chez les Blackhawks de Chicago entre 1991 et 1994.

-Curtis Joseph

Voici un autre hockeyeur sans le nom «Stanley» sur son curriculum vitae. «Cujo» n’a également pas remporté de trophée Vézina, mais il compte 454 victoires en carrière, ce qui est davantage que d’autres gardiens immortalisés. Le seul autre gardien qui a fait son entrée au Temple sans bague de la coupe est Ed Giacomin.

-Patrik Elias

Quand il est question des grandes années des Devils du New Jersey, le nom du Tchèque est l’un des premiers mentionnés, du moins, en ce qui concerne les attaquants. Ce qui distingue Patrik Elias, c’est qu’il a passé toute sa carrière de 20 ans au même endroit. Double gagnant de la coupe Stanley, il domine la concession des Diables avec 408 buts, 617 mentions d’aide et 1025 points. Peut-il rejoindre Martin Brodeur et Scott Stevens?

-Alexander Mogilny

Le Russe a été l’un des joueurs les plus spectaculaires de la décennie 1990. Avec les Sabres de Buffalo, il a fracassé la barrière des 75 buts en 1992-1993, avant de connaître une campagne de 55 buts chez les Canucks de Vancouver trois ans plus tard. Son titre avec les Devils en 2000 pourrait améliorer ses probabilités.

-Rod Brind’Amour

L’actuel entraîneur-chef des Hurricanes de la Caroline est au nombre de ceux qui patientent depuis un bout de temps. Récipiendaire de deux Frank-Selke, il a aidé les «Canes» à être couronnés en 2006. Au plan individuel, il a amassé 1184 points, dont 452 buts, en 1484 parties.

-Brad Richards

L’ancien de l’Océanic de Rimouski, dans la LHJMQ, est l’une des principales raisons pour lesquelles le Lightning a gagné la coupe en 2004, puisqu’il a empoché le Conn-Smythe ce printemps-là. Brad Richard a ajouté une bague avec les Hawks en 2015 et a terminé sa carrière avec une récolte de 932 points en 1126 rencontres.

-Marian Hossa

Le Slovaque a été l’un des joueurs les plus réguliers comme en font foi ses huit saisons d’au moins 30 buts. Ses 1134 points ne sont pas à dédaigner, ni ses trois coupes Stanley obtenues dans l’uniforme des Hawks entre 2010 et 2015.

-Autres noms dignes de mention

Sergei Gonchar

Shane Doan

Theoren Fleury