LNH

Mario Lemieux salue deux amis au Temple de la renommée

Publié | Mis à jour

Mario Lemieux est membre du Temple de la renommée du hockey depuis longtemps : il a même joué dans la LNH après y avoir été intronisé. Bien évidemment, le propriétaire des Penguins de Pittsburgh prend toujours plaisir à y retourner pour voir des amis, ou même de vieux rivaux y faire leur entrée.

«Le Magnifique» était de la fête, lundi soir à Toronto, lorsque Jim Rutherford, actuel directeur général des Penguins, a été immortalisé.

  • À VOIR AUSSI | Temple de la renommée : à qui le tour l’an prochain?

Rutherford a trois Coupes Stanley à son actif à titre de DG : une avec les Hurricanes de la Caroline, et les deux autres avec les Penguins.

«Quand on l'a rencontré à Pittsburgh (...), on n'a pas pris de temps pour s'apercevoir que Jim était un gars spécial et qu'on voulait l'avoir avec les Penguins», a-t-il expliqué à notre collègue Renaud Lavoie.

«D'un autre côté, lui il voulait venir à Pittsburgh pour gagner une autre Coupe Stanley, a poursuivi l’ancien numéro 66. On a été chanceux d'en gagner deux en 2016 et en 2017, et il était l'une des raisons pour lesquelles on avait ces bonnes équipes.»

À ce jour, Lemieux ne regrette évidemment pas cette embauche.

«C'est un gars qui peut mettre une bonne équipe sur la patinoire à toutes les années, qui aura une chance de gagner la coupe, et quand il fait une erreur, il l'admet, et il la corrige, a-t-il indiqué. Il n'a pas peur de faire des échanges pour améliorer l'équipe.»

Salut «Carbo»

L’ancien capitaine des Canadiens de Montréal Guy Carbonneau a aussi fait son entrée au Temple, lundi, et si Lemieux ne l’a jamais eu pour coéquipier, il l’a quand même souvent vu de près.

Spécialiste des missions défensives, «Carbo» avait systématiquement pour responsabilité de suivre Lemieux à la culotte lorsqu’il l’affrontait. Manifestement, il a bien fait ça, puisque son travail l’a amené au panthéon du hockey.

«Guy était très spécial, tout un joueur de hockey, non seulement défensivement, mais offensivement, a rappelé Lemieux. Si on faisait des erreurs, il avait un bon coup de patin, il était intelligent et il pouvait compter contre nous aussi. C'est toute une carrière qu'il a eue, et je suis content d'être ici avec lui, ce soir, pour célébrer.»

Voyez l’entrevue dans la vidéo ci-dessus.