Canadiens de Montréal

Weber: une retraite anticipée serait désastreuse pour les «Preds»

Publié | Mis à jour

Le contrat actuel du capitaine des Canadiens de Montréal Shea Weber n’a pas fini de faire jaser, et sa dernière blessure ramène le sujet au goût du jour.  

Dans une savante analyse qui avait été publiée en novembre sur le site web «The Athletic», la question avait été relancée à savoir si Weber sera le prochain joueur à entraîner d’importantes pénalités à une équipe advenant une retraite anticipée.        

À 34 ans, Weber a une entente valide jusqu’au terme de la saison 2025-2026. Il aura 40 ans lorsque son présent contrat viendra à échéance.    

Si Weber prenait sa retraite avant la quarantaine, les Predators devraient effectivement payer le prix, comme c’est le cas actuellement pour les Canucks de Vancouver dans le dossier du gardien Roberto Luongo.    

Les Canucks paient 3,03 millions $ cette saison comme pénalité pour Luongo. Ce sera le cas également lors des deux prochaines campagnes.    

 Pénalités importantes?  

En élaborant sur la théorie que Weber ne serait pas en mesure de poursuivre sa carrière pour la durée de son contrat de 110 millions $ pour 14 ans, le site «The Athletic» avance des chiffres qui ont de quoi faire peur aux Predators.    

Dans les scénarios probables, on a calculé que les Predators se verraient imposer, par exemple, une pénalité de 12,2 millions $ sur la masse salariale pour les deux dernières saisons du contrat advenant une retraite de Weber durant l’été 2024. Et s'il fait cette annonce à l'été 2025, on parle d'une pénalité d'un an d'une valeur de... 24,5 millions $.   

  

Le Canadien n’a que très peu de chances de payer une pénalité dans ce fameux dossier.    

«Si Weber commence la saison 2022-2023 dans la formation du Canadien, Montréal efface les frais encourus parce qu’à partir de 2018-2019, son paiement salarial (6 millions $) devenait inférieur au montant comptant sur la masse salariale», résume-t-on.    

En bref, les Predators demeurent l’équipe devant espérer davantage que Weber respecte l’entièreté de son contrat.