Canadiens de Montréal

Kotkaniemi «a la confiance dans les patins»

Publié | Mis à jour

Jesperi Kotkaniemi n’a pas disputé de match avec les Canadiens de Montréal depuis la victoire de 4-1 sur les Coyotes en Arizona, le 30 octobre dernier.

Avec le départ de Ryan Poehling vers la Ligue américaine, le retour de l’attaquant finlandais est imminent. Il souffrait d’une légère blessure à l’aine, selon la version officielle.

À LIRE AUSSI : Kotkaniemi, l'histoire se répète

À LIRE AUSSI : «Il est coupable de quoi?»

Mais il semble clair que le CH a donné à «KK» un moment pour se ressourcer. Le joueur de centre de 19 ans a la «confiance dans les patins», selon Louis Jean.

L’expert hockey de TVA Sports a souhaité tout haut que les Canadiens fassent attention à leur espoir, jeudi à l’émission Dave Morissette en direct, sur les ondes de TVA Sports.

«Il faut vraiment faire attention comment on utilise Kotkaniemi, il faut le ramener et lui redonner confiance», a prévenu Jean.

«Tu l’as mis au centre l’année passée, c’est là qu’il va jouer. Tu dois y aller avec beaucoup de doigté dans ce dossier», a-t-il ajouté, alors qu’on sait que Kotkaniemi pivotait le troisième trio du Tricolore à l’entraînement en vue du match à domicile contre les Capitals de Washington, en alternance avec un autre jeune, Nick Suzuki.

Lequel de ces deux joueurs mérite le plus de temps de jeu? Difficile à dire, même si la production de Suzuki, à sa première saison dans la LNH, est un peu plus élevée, à sept points à 18 rencontres.

Toujours tout sourire, Kotkaniemi, lui, a déjà l’expérience d’une première belle campagne à Montréal en 2018-2019. Le perdra-t-il si son implication au sein du contingent offensif n’est pas plus élevée?

«On a la mémoire courte à Montréal, a déploré l’ancien gardien de la LNH Jean-Sébastien Giguère à DMD. Il a eu une bonne saison l’année passée. On a vu un gars qui était jeune, qui a fait des erreurs, mais qui a progressé, même s’il était un peu fatigué à la fin de la saison, ce qui est normal. On ne peut pas le mettre dans les estrades sans raison.»