Football universitaire RSEQ

Carabins : un gros match au bon moment

Agence QMI / Richard Boutin

Publié | Mis à jour

La ligne offensive des Carabins de l’Université de Montréal ne pouvait pas choisir un meilleur moment pour connaître son meilleur match de la saison.

Dans la victoire de 25-10 à la Coupe Dunsmore face au Rouge et Or de l’Université Laval, samedi dernier, les gros bonhommes n’ont accordé aucun sac comparativement à sept lors du match précédent entre les deux grands rivaux et l’attaque terrestre a amassé 162 verges comparativement à 99 lors du précédent duel.

Utilisé comme garde la plupart des parties auxquelles il a participé, le vétéran François Bessette s’est retrouvé à la position de centre, lui qui revenait au jeu après avoir raté la demi-finale contre McGill.

«Je suis habitué à bouger sur la ligne parce que je peux jouer partout et j’avais déjà évolué comme centre avec le Vieux Montréal, a souligné Bessette. Comme centre, je connais bien le livre de jeux et je peux mettre mon sens de la communication en valeur. Le centre est le général de la ligne offensive. Avec Marc-Antoine (Lemay) qui a évolué comme garde, nous avons montré de la polyvalence et c’est un aspect qui peut aider au prochain niveau.»

Apprentissage

Utilisé comme garde lors des deux premières parties de la saison, Lemay avait par la suite retrouvé la position de centre jusqu’à la Coupe Dunsmore. Dans les rangs collégiaux avec les Cougars du Collège Champlain, il avait été sur l’équipe d’étoiles comme centre à sa dernière saison en 2017.

«Ce fut un apprentissage l’an dernier, mais j’aime maintenant autant les deux positions, a souligné celui qui a mérité un poste de partant dès le troisième match l’an dernier. En raison des blessures, il y a eu beaucoup de roulement sur la ligne offensive, mais l’objectif était de trouver les meilleures combinaisons. On est confiant de connaître du succès peu importe qui est sur le terrain. Malgré l’adversité que nous avons rencontrée, nous étions confiants d’obtenir du succès si on exécutait bien. À la Coupe Dunsmore, ce fut une de nos meilleures performances de la saison.»

Danny Maciocia était ravi de la prestation de ses gros bonhommes.

«C’était la première fois de la saison qu’on pouvait miser sur nos cinq partants, a souligné l’entraîneur-chef. Notre quart-arrière ne s’est pas fait toucher du match et il a obtenu du temps pour lancer et nous avons été capables de courir. Avec le retour de tous nos blessés, j’étais confiant que nous avions les éléments en place. Tout débute avec la ligne offensive.»

Le bloqueur à gauche Lucas Boh avait raté le rendez-vous du 20 octobre et le garde David Sévigny n’était pas en uniforme.

Un rival à ne pas sous-estimer

Bessette prévient qu’il ne faut pas que les Bleus sous-estiment le front défensif des Axemen. « On doit les respecter, jouer à 100 % et conserver le même état d’esprit, a-t-il indiqué. Ils possèdent une bonne ligne et un bon front. »

Joueur défensif par excellence de la Conférence Atlantique, le secondeur intérieur Bailey Feltmate est la carte maîtresse du front des Axemen.

La confiance retrouvée d'Alan Perverne

Promu partant lors de la visite du Vert & Or au CEPSUM, Alan Penverne a été frappé de plein fouet à l’occasion de son premier match dans les rangs universitaires.

«Même si on évoluait à domicile, j’ai eu un choc, a raconté le botteur dégagement des Carabins. Je n’avais jamais évolué dans un environnement aussi bruyant. J’ai été submergé par le stress et les émotions. C’était pas mal plus gros que ce à quoi je m’attendais. Je pensais avoir atteint ma zone, mais elle fut brisée à mon premier départ.»

Laissé de côté pour quelques rencontres, le botteur français a repris son poste de partant lors du match à Sherbrooke et tout se passe rondement depuis cette visite en Estrie où les Carabins s’étaient inclinés face au Vert & Or.

«Il fallait que je débute lentement, a-t-il indiqué. Je me suis ressaisi. Maintenant, je suis tellement dans ma bulle que je fais abstraction du bruit ambiant. Je n’ai pas été dérangé par le bruit à la Coupe Dunsmore.»

«Le meilleur s’en vient»

En finale du RSEQ, Penverne a bien fait en conservant une moyenne de 38,5 verges comparativement à 30,3 verges pour David Côté. «On l’avait vu à l’entraînement et on savait qu’il était capable de bien faire, a souligné l’entraîneur-chef Danny Maciocia. Il avait besoin de retrouver sa confiance. C’est pourquoi il était important qu’il joue à Québec lors du match de la saison régulière. Nous avons gagné cette bataille à la Coupe Dunsmore. Quand il botte, le ballon explose. Le meilleur s’en vient dans son cas.»

Le vétéran Louis-Philippe Simoneau s’acquitte maintenant uniquement des bottés de précision et d’envoi et il ne s’en plaint pas. «On forme une bonne combinaison, a indiqué le vétéran botteur. Je profite de chaque moment à tous les jours avec les joueurs et les entraîneurs.»

Débarqué à Montréal l’an dernier après trois saisons avec les Filons de Thetford Mines, Penverne s’est déchiré le tendon d’Achille pendant l’entraînement estival. Sa première campagne universitaire a donc été complètement bousillée.

«Même si ma mère me trouvait jeune à 18 ans quand j’ai quitté la France et qu’elle s’ennuyait, je ne me suis pas posé de questions quand l’opportunité s’est présentée, a raconté celui qui a remporté le Bol d’Or en Division 3 avec les Filons en 2015. J’adore mon expérience et je la vis à 100 %.»