Impact de Montréal

Avec Thierry Henry, les standards seront élevés

Publié | Mis à jour

On ne sait pas si le séjour de Thierry Henry aux commandes de l’Impact de Montréal sera plus fructueux que celui qu’il a vécu à Monaco, mais on peut être sûr d’une chose : les standards seront élevés.

«Je pense que c’est un très bon coup de la part du club à tous les niveaux, il coche plusieurs cases», a résumé Patrice Bernier, qui s’est lié d’amitié avec Henry à l’époque où ils étaient rivaux dans la Major League Soccer [MLS].

Les deux hommes ont beaucoup en commun, notamment leur esprit de compétition très développé.

D’ailleurs, Henry a déjà dit de Bernier qu’il était l’un des meilleurs joueurs du circuit Garber. Un compliment de la sorte venant de «Titi» commande le respect et on se demande si Henry va demander à Bernier de rester au sein de personnel.

Rappelons que l’ancien capitaine a agi comme adjoint de Wilmer Cabrera quand celui-ci a pris la relève de Rémi Garde lorsque celui-ci a été congédié en août.

 

FBL-FRA-LIGUE1-LYON-MONACO
Crédit photo : AFP

Compétiteur

À Monaco, parmi les raisons évoquées pour expliquer son échec, on a avancé qu’il avait du mal à comprendre que les joueurs ne puissent pas atteindre un niveau de jeu élevé comme celui qu’il avait quand il était joueur.

Le constat est dur, mais il témoigne de la nature même de l’homme qui va vouloir relever le niveau de l’Impact qui n’est tout simplement pas suffisant depuis trois saisons.

«C’est un très gros compétiteur, une grosse tête de "foot". Il en mange, il adore ça, a insisté Bernier lors d’une conversation téléphonique. Il a de très hauts standards.»

«Il a une volonté de feu de gagner», a ajouté Bernier.

Crédit photo : AFP

Exigence

On disait donc que Henry est un homme exigeant et c’est ce qui lui a permis de devenir un joueur d’élite. Bernier s’attend donc à ce qu’il agisse de la même façon comme entraîneur.

«L’exigence qu’il avait avec lui-même, je présume qu’il va l’avoir avec les joueurs qu’il va entraîner.»

Bernier a par ailleurs soulevé deux points intéressants et très pertinents dans l’univers de l’Impact qui est intimement au FC Bologne.

«Il connaît bien la MLS et il a aussi joué en Italie. Donc, il parle italien, même si je ne connais pas son niveau de maîtrise de la langue.»