LNH

L’Avalanche a-t-elle trouvé un trésor caché?

Publié | Mis à jour

Le malheur des uns fait souvent le bonheur des autres et le gardien de l’Avalanche du Colorado Adam Werner peut en témoigner en quelque sorte, lui qui a profité des blessures de ses coéquipiers pour s’illustrer face aux Jets de Winnipeg, mardi.

Avec Philipp Grubauer déjà sur le carreau à cause d’une blessure au bas du corps, l’entraîneur-chef Jared Bednar avait dépêché Pavel Francouz dans la mêlée au Manitoba. Cependant, la soirée de travail de celui-ci a duré 31 secondes, puisqu’il a été durement heurté par l’attaquant Mark Scheifele, qui avait foncé dans son demi-cercle. (à voir dans la vidéo ci-dessus)

Conséquemment, Werner a pris le relais et s’est montré intraitable à ses débuts dans la Ligue nationale, repoussant les 40 tirs de l’adversaire dans un gain de 4 à 0. Cette entrée en matière n’est pas mal pour un athlète ayant été choisi au 131e rang du repêchage amateur en 2016.

«Vous devez avoir un rêve - et ici, c’en est un gros – et travailler pour le réaliser. Si quelque chose survient, il faut être prêt, a-t-il dit au site NHL.com. J’ai connu un excellent départ. En bloquant un lancer, j’avais déjà de bonnes sensations en recevant la rondelle. Les gars m’ont aidé beaucoup et ce fut donc une belle rencontre à disputer pour moi.»

«Évidemment, il y avait de la nervosité, a ajouté le Suédois. Avec peu de temps devant moi, j’ai essayé d’avoir du plaisir et de jouer mon match. [...] Le karma et une bonne position, voilà ce qui était la clé pour moi.»

Une place à défendre

Maintenant, Werner obtiendra-t-il l’occasion de s’illustrer dans la Ligue nationale sur une base régulière un jour? Le Suédois de 22 ans a amorcé la campagne avec les Eagles du Colorado, le club-école de l’Avalanche dans la Ligue américaine. Jusqu’ici, il a présenté des statistiques potables, soit une fiche de 5-4-1, une moyenne de buts alloués de 2,88 et un taux d’efficacité de ,908. Avant cela, il a surtout évolué dans son pays natal.

Aussi, des ajustements ont été nécessaires pour celui ayant commencé à jouer en Amérique du Nord en 2017-2018.

«Je pense que c’est très bien. Évidemment, il y avait de petites choses à corriger et à changer avec le temps, mais c’est bon jusqu’à présent. Il faut continuer de travailler ces détails à améliorer, a-t-il indiqué au site milehighhockey.com récemment. C’est plus rapide ici et les patinoires sont plus petites. Les angles différents constituent la plus grande difficulté. En raison de la dimension de la glace, des situations survenant une ou deux fois en Suède arrivent beaucoup plus souvent ici.»

«Ce sera un processus d’apprentissage pour lui, a pour sa part précisé l’instructeur-chef des Eagles, Greg Cronin. Selon moi et notre responsable des gardiens Ryan Bach, il doit travailler sur ses faiblesses, c’est-à-dire sortir de son filet davantage, être plus rapide à réagir à certains trucs et gérer ses retours de lancer.»