Crédit : AFP

Soccer - Euro 2020

«C’est quasiment impossible de stopper la France»

Publié | Mis à jour

«Nous savons que c'est quasiment impossible» de stopper l'équipe de France, championne du monde, a admis mercredi Engin Firat, le sélectionneur turc de la Moldavie qui compte deux «joueurs clés» incertains avant la rencontre de jeudi au Stade de France.

«Nous aurons sur le terrain des joueurs qui n'ont pas d'expérience, ce sera très difficile pour eux. La réalité, c'est que nous nous concentrons plus sur le match contre l'Islande (dimanche). Demain (jeudi), c'est mieux qu'ils apprennent, je ne veux pas leur mettre de pression», a affirmé le technicien nommé fin octobre pour remplacer l'Ukrainien Semen Altman, l'intérimaire en place depuis juillet.

«Ce ne sont pas seulement les champions du monde, a-t-il poursuivi, ce sont les meilleurs joueurs offensifs du monde selon moi. J'ai eu peu de temps pour entraîner l'équipe, je n'ai pas eu le temps de corriger les erreurs du match aller (4-1 en mars, ndlr). Mais nous savons que c'est quasiment impossible de les stopper.»

La 175e nation mondiale au classement Fifa, dernière du groupe H des qualifications, doit composer en plus avec deux incertitudes au milieu de terrain.

Catalin Carp, joueur d'Oufa en Russie, ne s'est entraîné ni mardi ni mercredi selon son coach, tandis qu'Artur Ionita, capitaine habituel, a "ressenti des douleurs au genou" mercredi. «Il est possible qu'ils manquent la rencontre», a avoué Firat.

«Nous sommes à un niveau médiocre psychologiquement, il ne peut en être autrement après autant de défaites. Mais nous avons tout fait pour essayer de rétablir le climat sur le terrain», a-t-il tenté de positiver.

En huit matchs, la Moldavie a concédé sept défaites et inscrit seulement deux buts: le premier en mars lors du revers contre la France (4-1), le second lors de l'unique victoire en juin contre Andorre (1-0).