Canadiens de Montréal

Carey Price, le Marc-André Fleury de Seattle?

Publié | Mis à jour

Le repêchage d’expansion aura lieu dans moins de deux ans et plusieurs se demandent comment la nouvelle concession se dénichera un gardien numéro un.

À ce sujet, un internaute a posé une question intéressante par le biais de son compte Twitter à l’émission «JiC», mercredi, à TVA Sports : Carey Price pourrait-il être le Marc-André Fleury de Seattle, en 2021?

Ci-dessus, voyez le segment «La Mise en échec» avec Renaud Lavoie à «JiC».

«Beaucoup de choses doivent se passer avant que Carey Price change d’adresse, a prévenu le journaliste Renaud Lavoie. Je pense que dans le plan de Marc Bergevin, Carey Price sera à Montréal pour le reste de sa carrière.»

La dernière fois qu’un encan de la sorte a eu lieu, à l’été 2017, les Golden Knights de Vegas ont jeté leur dévolu sur le Sorelois Fleury, qui avait passé toute sa carrière avec les Penguins de Pittsburgh.

«La différence entre Fleury et Price, c’est que Marc-André n’était pas le joueur de concession, a rappelé Renaud Lavoie. Il y avait Sidney Crosby ou Evgeni Malkin et même un gars comme Kristopher Letang, que tout le monde veut échanger.»

Price étant le joueur de concession des Canadiens à l’heure actuelle, il ne faut jamais dire jamais dans la Ligue nationale de hockey d’aujourd’hui, qui impose la contrainte du plafond salarial à ses 31 clubs.

Crédit photo : AFP

«Un gars de l’Ouest»

Le salaire de l’homme masqué du Bleu-blanc-rouge comptera d’ailleurs pour 10,5 millions $ sur la masse salariale d’une équipe jusqu’en 2026 avec une clause de non-mouvement.

Est-ce une garantie à vie? La réponse est non.

«Certains petits facteurs qui peuvent changer la donne. N’oublions pas que Price est un gars de l’Ouest, a précisé Renaud Lavoie. Il connait bien la région de Seattle. Il va souvent voir les matchs des Mariners.

«Il y a une (symbiose), mais ça reste que le joueur de concession de Marc Bergevin, c’est Carey Price.»

Crédit photo : Martin Chevalier / JdeM

Bergevin y réfléchirait-il?

À un moment donné, l’état-major devra rédiger sa liste de joueurs protégés. C’est alors que l’organisation donnera l’heure juste. Entre-temps, tout ne sera que de l’ordre de la spéculation.

«La question devient d’actualité parce qu’il va falloir que tout le monde se prononce là-dessus. Même si Marc Bergevin dira "non, notre gars c'est Carey Price et il ne va nulle part".»

«Si je te parle d’un pourcentage de possibilité que Price passe à Seattle à l’heure actuelle, il est de 10 pour cent. On peut juste en parler parce que c’est une bonne question.»

Marc Bergevin réfléchirait-il à un tel scénario si l’occasion s’offrait à lui de rendre Price disponible? Renaud Lavoie n’en doute pas.

«C’est son rôle et son travail. Je suis sûr qu’il doit recevoir des offres de transaction et y réfléchir à ne pas en dormir de la nuit tellement c’est tentant.»