Photo : Vernon Adams fils, quart-arrière des Alouettes de Montréal. Crédit : Joël Lemay / Agence QMI

Alouettes de Montréal

Un «croisement» favorable aux Alouettes

Agence QMI / Mathieu Boulay

Publié | Mis à jour

La Ligue canadienne de football a toujours eu ses particularités bien à elle. Celle du «croisement» en est un bel exemple.

Implanté en 1996, même année que le retour des Alouettes à Montréal, ce règlement ne fait pas toujours l’unanimité. Il avait été créé à l’époque pour garder la ligue compétitive dans la dernière ligne droite du calendrier régulier tout en gardant l’intérêt des amateurs jusqu’au bout.

Dans un deuxième temps, cette formule avait pour objectif de récompenser les six meilleures formations de la LCF en saison régulière. Avec l’arrivée possible d’une 10e équipe dans les Maritimes, la formule des éliminatoires pourrait être revue dans les prochaines années.

Pour revenir au match du «croisement» de dimanche entre les Alouettes et les Eskimos d’Edmonton, il favorise Montréal. Tout d’abord, la formation montréalaise n’a jamais perdu dans ce type de match (3-0).

En 2014, les Alouettes avaient lessivé les Lions de la Colombie-Britannique au compte de 50 à 17. En 2005, ils avaient eu raison des Roughriders de la Saskatchewan par la marque de 30 à 14.

Puis, lors du premier match de «croisement» en 1997, les Montréalais avaient remporté un festival offensif de 45 à 35, encore une fois contre les Lions.

Avantage à la section Est

Depuis 1996, une des formations de l’Ouest a atteint les éliminatoires en passant par la section Est à 10 occasions. Le contraire n’est jamais arrivé.

Les équipes de l’Ouest ont remporté la demi-finale de l’Est seulement quatre fois (2008, 2009, 2016, 2017). Quelle équipe a réussi ce tour de force à deux reprises? Les Eskimos en 2008 et 2016.

Toutefois, à l’instar des autres équipes de l’Ouest, ils ont frappé un mur lors du match suivant. Aucune équipe de l’Ouest n’est parvenue à prendre part à la finale de la Coupe Grey en passant d’abord par le «croisement».

On verra dimanche si les Eskimos seront en mesure de faire mentir les statistiques des dernières années.