LNH

Le DG des Blues explique sa transaction

Publié | Mis à jour

Plusieurs observateurs et partisans de hockey ont sourcillé en prenant connaissance de la transaction conclue par les Blues et les Red Wings de Detroit, mercredi soir.

Cependant, à St. Louis, le départ de l’attaquant Robby Fabbri était souhaité par celui-ci, aux dires du directeur général Doug Armstrong.

Selon le quotidien St. Louis Post-Dispatch, le hockeyeur de 23 ans avait exigé un échange l’été dernier. Retranché pour une cinquième partie consécutive lors du duel opposant les Blues aux Oilers à Edmonton, il a appris la nouvelle de son passage aux Wings à la fin du match.

«Je lui avais dit d’être patient. Ensuite, nous avons discuté avant notre séjour à l’étranger, tout en lui mentionnant que j’allais regarder ce que je peux faire si les choses ne changeaient pas, a expliqué Armstrong au journal. Notre club jouait bien et il n’avait pas de temps de glace. Donc, j’ai essayé de l’aider et nous avons pu lui trouver une solution à Detroit. Cela a pris un peu de temps, mais je suis vraiment heureux pour lui, car il aura une excellente opportunité.»

À l’écart

Fabbri a joué seulement neuf rencontres cette saison, étant limité à un but. Le choix de premier tour, le 21e au total, des Blues en 2014 doit obtenir davantage d’occasions pour développer ses habiletés.

Pourtant, la blessure à l’épaule de Vladimir Tarasenko aurait pu lui permettre d’accumuler les minutes de jeu, mais ce ne fut pas le cas. Il a pris le chemin de Detroit, tandis que Jacob de la Rose s’est dirigé vers St. Louis.

«Il a manqué presque une demi-année, puis une saison complète, a souligné le DG à propos de Fabbri, souvent ennuyé par des problèmes au genou. Il est revenu l’an dernier et a totalisé 30 matchs.

«Il doit jouer, il en est rendu là. Lors de sa rééducation, il a accompli un travail incroyable, mais notre club a bien fait et notre instructeur [Craig Berube] mise sur le groupe ayant connu du succès. C’est difficile pour certains de faire leur place à l’intérieur de celui-ci et je comprends cela.»